"Potentiellement dangereux" pour la santé: l'entreprise spécialisée en viande de boeuf VEVIBA perd son agrément

Suite à des perquisitions menées la semaine dernière, le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR), et l'Afsca ont décidé de retirer les agréments de VEVIBA, une entreprise spécialisée en viande de boeuf située à Bastogne. Une fois de plus, le secteur de la production de viande est pointée du doigt.

Après le scandale autour de l'abattoir de Tielt en Flandre - dont les images horribles de torture des animaux ont été révélées en mars 2017 - une nouvelle affaire fait son entrée. Cette fois, c'est au sud du pays, à Bastogne dans la province de Luxembourg plus précisément, que les choses se passent. Et c'est l'entreprise spécialisée en viande de boeuf VEVIBA qui est pointée du doigt, mais pour des raisons différentes.

Il y a une semaine des perquisitions y ont été menées, à la demande d'un juge d'instruction. La police fédérale de Neufchâteau accompagnée d’agents de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) y ont mené plusieurs types de contrôles dans un abattoir, un atelier de découpe et un surgélateur industriel du site. Pendant ce temps-là, l’abattoir a été fermé toute la journée. Les résultats de l'enquête ne sont franchement pas jolis, et donc le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR), et l'Afsca ont décidé de retirer les agréments de l'entreprise.

50 % des produits non conformes et potentiellement dangereux

En cause? Des falsifications constatées dans les dates de congélation de la viande, mais aussi une non conformité aux normes sanitaires en vigueur de plus de 50 % des produits contrôlés, fait savoir à l'agence Belga le cabinet du ministre Ducarme. Des déchets de viande de catégorie 3 (normalement interdite à la consommation humaine) ont carrément été retrouvés dans de la viande hachée. Le ministre parle de produits "potentiellement dangereux" pour la sécurité alimentaire, et donc pour la santé publique.

Le ministre a également autorisé l'Afsca à prendre toutes les mesures administratives adéquates à l'égard de VEVIBA ainsi que toutes les dispositions nécessaires à la protection de la santé publique, compte tenu des résultats de l'enquête et en vertu du principe de précaution. De même, le ministre a chargé l'Afsca d'intensifier ses contrôles sur l'ensemble des entreprises liées au groupe Verbist, propriétaire de VEVIBA. Enfin, le cabinet du ministre a pris contact avec la grande distribution pour envisager d'éventuelles mesures.

Delhaize et Colruyt retirent les produits VEVIBA de leurs rayons

Mais Delhaize n'a pas traîné et annoncé fin de matinée qu’il suspendait sa collaboration avec l’abattoir et tout le groupe Verbist. Vers midi ce jeudi, toutes les viandes produites par le groupe, seront donc retirées des supermarchés de la chaîne. On parle de plus de 300 références, produits qui sont vendus sous la marque Delhaize.

Peu après, c'est Colruyt qui lui a emboîté le pas. La chaîne voulant garantir à ses clients "une viande saine, sûre et pouvant faire preuve d'une traçabilité sans faille", tous les produits issus de l'entreprise bastognarde seront retirés de ses rayons.

Réunion d'urgence

De son côté, le ministre wallon de l’Agriculture René Collin (cdH) a exigé ce matin d'organiser une réunion d'urgence avec les principaux acteurs du secteur, a fait savoir son cabinet dans un communiqué. Le ministre wallon de l'Économie Pierre-Yves Jeholet, de l'Agriculture René Collin et son homologue au fédéral Denis Ducarme, ainsi que la grande distribution se sont donc réunis ce jeudi à 14 heures.

Les retombées de cette affaire pourraient être énormes. Le groupe Verbist représente 30 % du marché belge de la viande et ses marchandises sont distribuées dans les grandes chaînes de supermarchés telles que Delhaize et Colruyt. Carrefour, au contraire, ne collabore pas avec le groupe.

En outre, l'abattoir de VEVIBA est l'un des plus importants de Wallonie, et donc une entreprise essentielle pour l’économie de la Région. Il y a d'ailleurs plus de 300 emplois salariés en jeu...

Déjà lu?