L'illustratrice du livre "On a chopé la puberté" passe son coup de gueule et abandonne tout

Le livre "On a chopé la puberté" destiné aux enfants à partir de 9 ans, avait provoqué un tollé sur la toile depuis sa publication en février dernier. Jugé trop sexiste, et donnant une vision "dégradée" de la femme, une pétition avait été lancée récoltant près de 150.000 signatures et réclamant le retrait des ventes. Aujourd'hui, l'illustratrice du livre a annoncé avoir pris une décision radicale.

Le livre destiné aux pré-adolescentes "On a chopé a puberté" n'a pas plu à tout le monde. Encore moins aux quelques 148.000 personnes qui s'étaient rués pour signer la pétition réclamant l'arrêt définitif des ventes de l'ouvrage. Ils ont finalement obtenu gain de cause puisque les éditions Milan avait pris la décision de ne pas réimprimer le livre polémique.

Coup de gueule

Aujourd'hui, c'est au tour de l'illustratrice de l'ouvrage, Anne Guillard de s'exprimer à ce sujet, et il est clair et net qu'elle n'a encore digéré la polémique. Dans une tribune publiée sur son site et sur le site Actualitté, elle a tenu à s'exprimer: "J’ai le regret d’annoncer qu’après les proportions sidérantes de la polémique, et suite à l’arrêt de commercialisation de l’ouvrage qui en a découlé, j’ai décidé de stopper intégralement l’univers des "Pipelettes", aussi bien les livres dérivés que la BD mensuelle dans le magazine ; et ce malgré l’insistance des éditions Milan pour continuer cette collection", commence-t-elle.

"C'est vous qui vivez au Moyen Âge"

Si elle n'est pas à l'origine même de la polémique, elle était également visée par certaines critiques, estimant que les illustrations de ses personnages étaient "toutes stéréotypées, blanches, pas assez racisées!". Elle s'est défendue en expliquant qu'elle s'était inspirée de ses amis d'enfance pour illustrer ce livre.

En effet, ce sont surtout les textes qui accompagnaient les illustrations qui ont choqué, mais Anne Guillard avait tout de même son mot à dire: "Vous avez le droit de trouver que les auteures auraient pu donner des conseils plus judicieux, ou que les extraits que vous avez vus tourner ne sont pas adaptés ; vous avez le droit de trouver ce livre idiot, ringard ou inapproprié… Mais si vous réclamez qu’on fasse disparaître un ouvrage parce que vous n’en approuvez pas le contenu, alors c’est vous qui vivez au Moyen Âge", écrit-elle encore dans sa réponse, visiblement encore amère de la tournure que les choses ont prises.

Un lynchage médiatique

Sans compter qu'il y avait 148.248 personnes qui ont signé la pétition, alors que seulement 5.000 exemplaires se sont effectivement écoulés, ce qui signifie, comme elle le souligne, que la plupart des gens n'ont même pas lu ce livre. Bref, on peut comprendre que l'illustratrice déplore cette attitude, surtout qu'au-delà de l'ouvrage en question, c'est toute une carrière qui se voit brisée: "Il aura fallu à peine 48 heures pour ruiner publiquement cet univers vieux de 10 ans", s'attriste-t-elle encore.

Quelques minutes après la publication de cette lettre, les commentaires ont vite déferlé. Certains la soutenant et regrettant le lynchage médiatique auquel elle a dû faire face, d'autre en revanche, lui suggérant de refaire un livre qui traiterait "de l'égalité des sexes" et d'y couvrir "tous ses aspects, positifs et négatifs." D'autres encore regrettent profondément qu'elle mette un terme à son travail et la supplient de ne pas céder. Mais pour Anne Guillard, la décision semble bel et bien prise!

Si tu veux lire cette lettre en entier, c'est ici!

Déjà lu?