Jean-Marie Le Pen n'a rien contre les gays tant "qu'ils ne mettent pas leur main dans ma braguette"

Alors qu'il est poursuivi pour des déclarations sur les homosexuels, Jean-Marie Le Pen a accordé une interview "choc et gay" à Friendly, le "magazine lifestyle masculin de la nouvelle génération gay décomplexée". Il fait part de sa vision... particulière de l'homosexualité.

Jean-Marie Le Pen, connu pour ses avis outranciers et poursuivi pour provocation à la haine envers les homosexuels, a accordé un entretien à Friendly, un bimestriel qui se présente comme le magazine "de la nouvelle génération gay décomplexée".

Plutôt étonnant de la part d'un homme qui, en 2016, écrivait sur son blog "je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse... interdites, mais tout de même, dans l'exaltation de l'homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l'enfance et la jeunesse".

Ou qui déclarait, lors d'une interview accordée au Figaro, que "les homosexuels, c'est comme le sel dans la soupe: s'il n'y en a pas assez c'est un peu fade, s'il y en a trop c'est imbuvable".

L'interview "choc et gay"

Mais que trouve-t-on dans cette interview "choc et gay", comme l'annonce Friendly sur sa couverture? Papy Le Pen affirme aux 15.000 lecteurs de la publication qu'il n'est ni homophobe, ni haineux avec une argumentation classique: "La plupart de mes collaborateurs sont homosexuels. Dans le fond, c'est leur problème personnel, c'est un élément de leur personnalité, c'est leur choix intime que je respecte."

Mais il y a quand même quelques limites: "à partir du moment où les homosexuels ne mettent pas leurs mains dans ma braguette ou dans celle de mes petits-enfants, et qu'ils ne se promènent pas avec une plume dans le cul sur les Champs-Elysées, ça m'est égal." Une phrase qu'il avait déjà sortie à propos de ses collaborateurs au FN et de Florian Phillipot, ancien membre renommé à l'occasion "Don Quichotte de La Jaquetta".

"Homosexualistes" et "fantaisie marginale"

Et puis, il invente des différences: il y aurait selon lui "les homosexuels et les 'homosexualistes' qui sont ceux qui transforment leur choix sexuel personnel en idéologie politique". Concernant la gay-pride, il se dit opposé à cette manifestation pour "exhibitionnistes" et défenseurs du "mariage pour tous".

Il dit ne pas être homophobe mais se dit inquiet de l'avenir de la planète si tout le monde devient homosexuel. "En tant qu'homme politique et démographe de principe et d'opinion, je m'inquiète de la faiblesse de la natalité sur le continent européen et en France. (...) Tant que l'homosexualité reste une fantaisie marginale, ça ne me gêne pas du tout, ça fait partie de la diversité humaine."

Étrange timing de sortie pour cette publication. Ce week-end, le Front National tient son Congrès durant lequel le nouveau président doit être élu. J-M Le Pen, qui est encore président d'honneur du parti nationaliste, devrait normalement être mis à la porte. Jean-Christophe Florentin, le directeur de la publication de Medialyd, la société éditrice de Friendly, est étonné que Jean-Marie Le Pen ait accepté l'interview, sachant que "Friendly est un journal détonant, un peu hardcore...". Mais vu que les Mémoires du Menhir cartonnent en librairie, cette interview "choc et gay" était surtout l'occasion de rappeler ce qu'on peut trouver dans le livre.

Déjà lu?