Sur 407 jours de présidence, Trump a passé 100 jours au golf mais cette passion a un prix

Donald Trump a franchi une étape: depuis son arrivée à la Maison Blanche, il s'est rendu une centaine de fois dans ses clubs de golf privés. Sur 407 jours au pouvoir, ça fait une moyenne d'un jour sur 4,7. Sur le plan économique, ça représente 56 millions de dollars. Pour un mec qui proclamait qu'il allait partir le moins possible en vacances, ça fait  beaucoup.

C'est un joli record que vient de battre le président des États-Unis en se rendant samedi dans son club de golf à Palm Beach, en Floride: il a actuellement passé 100 jours sur ses propres terrains depuis son arrivée à la Maison Blanche, relève CNN. C'est un exploit remarquable pour un homme qui est président depuis 407 jours.

Les 100 visites comprennent 40 voyages au Trump National Golf Course à Bedminster dans le New Jersey, 36 jours au Trump International Golf Club à West Palm Beach, en Floride; 23 voyages au Trump National Golf Course à Sterling, en Virginie et un arrêt au Trump National Golf Club à Jupiter, en Floride.

56 millions de dollars

En moyenne, le président est presque un jour sur 4 au golf. Il n'y va pas uniquement pour jouer, même si la moitié du temps, c'est pour cela. Il y va pour y retrouver d'autres personnes, pour des dîners d'affaires, pour regarder des matchs de golf, pour des questions diplomatiques (avec le premier ministre japonais Shinzo Abe), pour se détendre après une réunion diplomatique, pour travailler dans un lieu différent et même parfois pour des questions politiques (comme ici avec le sénateur Rand Paul).

Mais les déplacements de Trump vers ses terrains de golfs privés ont un coût: 56.049.811 dollars selon le site Trump Golf Count, un site qui comptabilise les journées du président passées au golf. Assurer la sécurité du président sur un voyage jusque Mar-à-Lago, cela coûterait 3 millions de dollars au contribuable, avait calculé le journal Politico. Rien que les 13 voyages jusqu'à cette propriété favorite du Trump en Floride, cela fait donc déjà plus de 26 millions de dollars.

Tient-il sa promesse?

Est-ce si différent des anciens présidents américains? Les prédécesseurs de Trump jouaient également au golf, Barack Obama autant que George W. Bush. Mais avec Donald, c'est différent. Non seulement le temps passé diffère, mais également les lieux visités et surtout la promesse faite.

Pendant les élections, Trump a fait une promesse au peuple américain: "Je vais travailler pour vous. Je n'aurai pas le temps de jouer au golf". Il a également déclaré qu'il partirait le moins possible en vacances mais apparemment, c'est plutôt le contraire. Selon MotherJones, Trump serait 25% de son temps au golf.

Trump vs Obama

Durant les huit années de présidence de Barack Obama, Trump a beaucoup critiqué les sorties présidentielles au golf. Il lui reprochait de prendre du bon temps alors que de graves problèmes secouaient l'Amérique. Mais que faisait le milliardaire lorsque des ouragans se sont abattus sur Porto Rico puis sur Hawaï? Il jouait au golf.

Après 56 semaines, Trump s'est déjà rendu 100 fois au golf tandis que sur la même période, Obama ne l'avait fait que 26 fois. Obama se rendait autant dans des clubs privés, que militaires ou publics. Trump lui, ne va que dans des clubs privés. Pour un homme qui a mené campagne en se présentant comme l'homme du peuple opposé aux élites, c'est plutôt contradictoire.

Les tweets sur Obama

"Nous payons pour le voyage d'Obama afin qu'il puisse recueillir des millions de dollars afin que les Démocrates puissent vivre sur des mensonges. Ensuite, nous payons pour son golf."

"Si Obama démissionne de ses fonctions MAINTENANT, rendant ainsi un grand service au pays, je lui offre l'entrée gratuite à vie sur l'un de mes terrains!"

"Pendant que notre merveilleux président jouait au golf toute la journée, la TSA [l'agence américaine des transports] s'effondre, tout comme notre gouvernement! Les aéroports sont un désastre total!"

Et pendant les élections, voici ce qu'il disait à propos du golf:

 
"Je ne jouerai pas au golf car il y a beaucoup de travail à faire." Hum hum...

Déjà lu?