Kim Jong-Un aurait procuré des armes chimiques à Bachar el-Assad, selon les Nations unies

C'est un rapport des Nations unies qui le dévoile, la Corée du Nord se se serait joué de l'embargo de l'ONU sur les armes et fait passer des composantes balistiques pour la fabrication d'armes chimique au régime syrien. Des révélations qui interviennent lorsque Bachar el-Assad est une nouvelle fois accusé d'avoir utilisé ce type d'armes contre son propre peuple dans la région de la Ghouta. 

Au moment où toute la communauté internationale a les yeux rivés sur la région de la Ghouta, le lieu d'affrontements entre le régime syrien de Bachar el-Assad et des rebelles, un rapport d'experts de l'ONU révèle que la Corée du Nord lui aurait fourni des armes chimiques.

Selon le New York Times, la Corée du Nord aurait simplement détourné l'embargo sur les armes décrété par les Nations unies. Ainsi, alors qu'ils étudiaient le respect de la Corée du Nord de cet embargo, les experts de l'ONU aurait découvert le petit manège du régime de Kim Jong-Un.

... Embargo?

D'une part, le rapport fait été de composants envoyés depuis la Corée du Nord, comme des tuiles acido-résistantes, des valves de sécurité et des thermomètres lasers correspondent au matériel nécessaire à la fabrication d'armes chimiques. D'autre part, des techniciens nord-coréens auraient été repérés dans des installations syriennes de fabrication d'armes chimiques et de missiles. Le régime syrien est actuellement soupçonné d'avoir utilisé des bombes chimiques au chlore dans la région de la Ghouta.

La rapport non publié mais aux mains du New York Times stipule qu'entre 2012 et 2017, la Corée du Nord a fait passer 40 chargements d'armes en Syrie entre 2012 et 2017. L'aide apportée par la Corée et payée grassement par le régime syrien pourrait permettre au régime de maintenir sa production en armes chimiques. On se rappelle déjà en 2013, un massacre avait eu lieu dans la région de la Ghouta à l'arme chimique au gaz de sarin et avait fait près de 2.000 morts. Les bombardements au chlore soupçonnés aujourd'hui ont lieu dans la même région.

La Russie et la Chine, pas toutes blanches

En plus de dénoncer cette coopération, le rapport pointerait également les "protecteurs de Kim Jong-un" la Russie et la Chine. En effet, les deux pays sont jugés trop laxistes sur l'importation de charbon nord-coréen et l'exportations de produits de luxe vers Pyongyang. Pour permettre l'acheminement de ses cargaisons de composants d'armes, la Corée du Nord aurait systématiquement falsifié des bordereaux d'expédition mentionnant la Russie ou la Chine. Or, selon les observateurs, si une coopération internationale n'est pas totale, il est impossible de faire respecter les sanctions qui incombent au régime nord-coréen.

Déjà lu?