Coup de pression sur O'Leary: des pilotes demandent la démission du CEO de Ryanair

Doit-on s'attendre à de nouvelles annulations de vols chez Ryanair? Un syndicat, toujours non reconnu, estime que Michael O'Leary n'a pas tenu ses promesses faites l'hiver dernier et que des pilotes continuent de quitter la compagnie. Le syndicat veut maintenant la tête du CEO, ce qu'il n'obtiendra pas. 

Septembre dernier: Ryanair annonce l'annulation de quelque 18.000 vols entre novembre 2017 et avril 2018, qui s'ajoutent aux 2.000 déjà annulés durant l'été. Quelque 700.000 passagers sont directement impactés. Des dédommagements suivent, mais pas toujours facilement, comme pour ces 400 personnes à Charleroi qui réclament toujours plus de 100.000 euros.

Fuite des pilotes?

La cause de ces retardements? Des problèmes d'horaires avec les pilotes de la compagnie. Il n'y avait tout simplement plus assez de pilotes disponibles, car en vacances, alors que la flotte globale d'avions restait inchangée.

La première grosse crise de la compagnie low-cost était lancée. De nombreux pilotes décident de quitter la compagnie aérienne. Ils sont 110 à aller voir ailleurs rien que sur une semaine en octobre dernier. Principalement pour la concurrence: EasyJet, British Airways, Aer Lingus, Air France, Norwegian. Ryanair a toutefois toujours nié ces départs massifs.

Mais la gronde est là. Les pilotes déplorent leurs conditions de travail. O'Leary évite les grèves de fin d'années de justesse. Il ne doit son salut à qu'à une promesse: reconnaitre les syndicats au sein de sa société. Ce qu'il a fait, mais pour un seul syndicat, britannique qui plus est.

Face à ce constat et devant la crainte de voir se répéter le scénario de l'année dernière (la nouvelle saison reprend en avril), l'European Employee Representative Council (EERC), un syndicat non reconnu, veut la tête d'O'Leary: "Pour que la situation s’améliore, prenez cette décision décente aujourd’hui et partez avant de causer plus de dégâts" peut-on lire dans un communiqué. Le syndicat estime en effet que des pilotes continuent de quitter la compagnie aérienne.

"Bizarre et ridicule"

Lors d’une conférence de presse lundi à Dublin, le DRH de Ryanair Edward Wilson a qualifié cette demande de "bizarre et ridicule". Ce dernier estime que l'amélioration salariale qui a été décidée pour contrer les départs fait en sorte que les pilotes choisissent de rester.

D'après le DRH toujours, un accord serait intervenu avec 96% des pilotes espagnols, 80% des pilotes irlandais et presque l'entièreté des pilotes italiens: ils bénéficieront d'une augmentation de salaire de 20%, ce qui devrait rendre Ryanair plus attractif.

Il est de toute façon très peu probable que l'omnipotent patron irlandais quitte la compagnie de lui-même. Rappelons que Ryanair c'est plus de 4.000 pilotes, près de 130 millions de passagers chaque année et un chiffre d'affaire estimé entre 1,4 et 1,45 milliards d'euros.

Déjà lu?