Johnny Hallyday a-t-il réellement écrit son testament? Ces dernières déclarations sèment le doute

La bataille autour du testament de Johnny Hallyday se poursuit. Plusieurs amis du chanteur français, décédé le 5 décembre dernier, ont pris position ce week-end dans les médias, la plupart pour le camp de ses deux enfants aînés, Laura et David, complètement déshérités par le document. Est-ce que quelqu'un a pu exercer une emprise sur Johnny au moment de la rédaction de son testament? La question se pose de plus en plus au fil des révélations.

Depuis quelques semaines, les médias ne parlent plus que de cela: le testament de Johnny Hallyday. Une véritable guerre s'est déclarée entre d'un côté ses enfants aînés, Laura Smet et David Hallyday, complètement déshérités par le document, et de l'autre sa dernière épouse Laeticia et leurs deux filles.

Il ne se passe pas un jour sans que de nouvelles révélations viennent envenimer la situation. Comme la plupart des réactions des proches de la famille Hallyday prennent le parti de Laura et David, il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur les circonstances dans lesquelles le chanteur a signé ce fameux testament. Et d'ailleurs, les mots du compositeur Jean-Jacques Debout, ami de longue date de Johnny, viennent un peu plus semer le doute.

"Quelque chose ne tourne pas rond"

"Quelqu'un est descendu trop bas et il est évident qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette histoire", a-t-il confié aux caméras de LCI et BFM TV ce dimanche soir. "Johnny m'a toujours dit un bien fou de ses enfants. Il les adorait, ses enfants n'ont pas compris. Dutronc, comme moi et Eddy Mitchell, ne comprenons pas du tout, du tout, ce qu'il s'est passé", a-t-il déclaré en faisant part de son étonnement.

À la fin de sa vie, la légende du rock était, certes, très affaiblie par son cancer des poumons qu'il traînait depuis plusieurs mois. "Johnny était tellement fatigué, usé à la fin, il n'en pouvait plus. À mon avis, il n'a peut-être même pas lu le document", se demande le mari de Chantal Goya. "On lui a dit: signe là, et il a signé", soupçonne-t-il carrément. "Vous savez, parfois, Johnny, je me rendais compte que quand il était très fatigué, c'était le dernier à avoir parlé qui avait raison", ajoute-t-il.

Un peu plus tôt, c'est Jacques Dutronc, l'un des plus vieux amis de Johnny, qui témoignait son soutien aux enfants aînés du chanteur. Interrogé par Le Parisien sur son sentiment sur cette affaire familiale devenue médiatico-judiciaire, le chanteur de 74 ans s'est contenté de dire: "On ne déshérite pas ses enfants, ça ne se fait pas".

"Je ne peux penser qu'il ait décidé de les déshériter de son plein gré"

Si c'est aussi l'avis d'Eddy Mitchell, ami de longue date du rockeur et parrain de Laura, ce n'est, par contre, pas celui de Jean-Claude Camus. L'ancien producteur de Johnny Hallyday a assuré ce dimanche au micro de RTL que le chanteur avait décidé depuis longtemps qu'il léguerait l'ensemble de son héritage à sa femme. "On n'imposait rien à Johnny dans la vie, rien. Bien des années avant qu’il ne disparaisse, quand j’étais encore en charge de sa carrière, un jour je lui ai posé la question et je lui ai dit: 'Johnny, tu ne crois pas que ce serait bien de faire une fondation pour gérer ton héritage si un jour il t’arrive quelque chose?'", se souvient-il. Ce à quoi le chanteur aurait répondu: "Je ne veux pas de fondation, ce sera Laeticia".

Néanmoins, ce week-end encore, Sylvie Vartan est, elle aussi, tombée des nues dans une série d'interviews publiées dans les médias français. Tout comme Jean-Jacques Debout, la mère de David Hallyday ne comprend pas ce qui a pu se passer dans la tête de son ex-mari avant de remplir ce document. "J'ai beaucoup de mal à croire que l'homme que j'ai connu, aimé follement, et que je connais très bien, ait pu réécrire son histoire, renier son sang et son histoire en déshéritant et en ne donnant pas le droit moral [sur ses oeuvres] à ses enfants", s'est-elle confiée à la chaîne France 2. "Ce testament ne correspond en rien à l'homme dépeint aujourd'hui. Je ne peux penser une seule seconde qu'il ait décidé de les déshériter de son plein gré", a-t-elle ajouté au Figaro.

"Je connais la véritable histoire et j'ai des preuves"

En ce qui concerne les importantes donations que David et Laura auraient reçues de leur père de son vivant, et qui justifieraient pourquoi ils ont été délaissés de son testament, Sylvie Vartan aurait une tout autre version des choses. "Je connais la véritable histoire et j'ai des preuves, je suis sereine, et je ne vais pas céder à l'hémorragie médiatique, ce n'est pas ma façon de faire", assure-t-elle.

En attendant, Laeticia, de son côté, s'est murée dans le silence. Outre son "écœurement de l'irruption médiatique autour de la succession de son époux", dont elle a fait part aux médias au moment où Laura et David ont annoncé qu'ils contesteraient le testament en justice, l'ancienne mannequin de 42 ans n'a pas cédé à l'emballement médiatique. Elle a préféré se réfugier, avec ses deux filles, à New York chez sa meilleure amie Hélène Darroze. Son avocat, contacté par l'AFP ce dimanche, n'a pas non plus réagi suite à ces nouvelles déclarations.

Ce sera donc à la justice de trancher sur la question de savoir si quelqu'un a pu exercer une emprise sur le chanteur au moment de la rédaction du document. Une première audience est prévue le 15 mars devant le tribunal de Nanterre (près de Paris). Mais le fin mot de l'histoire pourrait ne pas tomber avant plusieurs mois.

Déjà lu?