17 % des Belges sont accros à leur boulot mais ce n'est pas pour les bonnes raisons

Stress, addiction au boulot... La dernière enquête de Securex ne dit rien de chouette sur la relation du Belge au travail. 17 % des Belges seraient accros à leur boulot pour des mauvaises raisons et cela aurait des conséquence à plusieurs niveaux de leur vie. 

"Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les accros au travail ne sont pas nécessairement plus motivés à travailler que leurs collègues. En revanche, leur motivation est différente. Et comme leur motivation part d’un sentiment négatif qu’ils "doivent" travailler, leurs prestations sont de moindre qualité" explique Hermina Van Coillie, HR Research Expert chez Securex.

Accros, mais pas de manière positive

Une enquête réalisée par Securex révèle que 17 % des Belges sont accros à leur boulot. Souvent, on considère cette addiction comme positive, mais l'étude révèle que les personnes dépendantes de leur boulot ne le sont pas pour de bonnes raisons et Securex tire la sonnette d'alarme. En effet, les travailleurs accros ont le sentiment qu'ils "doivent" travailler parce que c’est leur devoir ou parce qu’à défaut, ils se sentent coupables, peut-on lire dans le communiqué de presse.

Quatre types de travailleurs

Securex a distingué quatre types de travailleurs avec les résultats de son enquête. Les travailleurs "assidus", les travailleurs "compulsifs", les travailleurs "ordinaires" et les "accros au travail". 61% des travailleurs ne travaillent ni compulsivement ni de manière assidue, ce sont ceux-là qu'on appelle les travailleurs "ordinaires". 11% des travailleurs travaillent compulsivement mais pas de manière "assidue". 12 % font l'inverse et 17% travaillent de manière assidue et exagérée, mais ils ne le font pas de manière compulsive.

Les travailleurs qui sont accros au boulot sont plus sujets au stress, 83 % disent l'être tandis que seulement 40 % des travailleurs ordinaires disent être stressés par leur boulot. Mais surtout, 66 % des travailleurs indiquent que leur boulot a un effet négatif sur leur santé. 59 % des travailleurs disent travailler parce qu'ils sont obligés et 86 % des travailleurs interrogés disent avoir trop de travail. Même au niveau des relations personnelles, certains travailleurs semblent dire que leur boulot aurait un impact. D'ailleurs, 44% des travailleurs disent qu'ils peuvent parfois être cassants avec leur entourage et 64% se sentent moins bien dans leur peau. Bref, vraiment pas terrible le bilan.

Voici donc les résultats de l'enquête selon le type de travailleur:

© Securex

Lire aussi: