Le Recyclart devait clôturer avec une soirée de 36 heures, la police ne lui aura laissé que 4 heures

Ça devait être la soirée du siècle, la soirée d'adieu à un espace qui aura tenu bon gré mal gré durant vingt ans sous une gare au milieu de Bruxelles. Le Recyclart clôturait avec un line up de DJ déchaînés qui devaient mixer pendant 36 heures. Mais la police de 1000 Bruxelles ne leur aura laissé festoyer que 4 heures au final.

Après 20 ans de cohabitation pacifique avec Infrabel, Securail, la SNCB et les habitants du quartier des Marolles, le centre culturel Recyclart situé sous la gare de Bruxelles-Chapelle est prié de quitter les lieux. Pour dire au revoir à ce lieu devenu mythique chez les adeptes de grosses soirées bruxelloises, l'équipe avait décidé de faire une soirée de 36 heures consécutives.

La soirée commençant réellement à 1 heure du matin, elle n'aura au total duré que 4 heures. "À 5 heures du matin, la police est arrivée au Recyclart et nous a demandé de stopper la soirée", nous explique Baptiste Berlier, DJ et technicien son au Recyclart. "Ils ont invoqué l'excuse classique: tapage nocturne".

"Sad news"

"Sad news, la police a décidé de fermer la soirée, ,, on est contraints d'annuler la fin de nos 36 h marathon ,,,sorry to all party people... ", écrit le Recyclart sur la page Facebook de l’événement.

La soirée qui devait se conclure en apothéose se voit donc écourtée, avec les condoléances des fêtards. "Mais non", "c'est une blague?", "dégueulasse", peut-on lire sur la page. "Je suis en rage", nous confie Willy Losninos, dont les projets ont été avorté.

Plaintes des riverains?

La police aurait reçu plusieurs appels des riverains pour bruits et bagarres durant la nuit, avance BRUZZ qui cite le porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles.

Et toujours selon la police, les pompiers n'avaient pas autorisé les festivités, arguant que la sécurité incendie ne pouvait être totalement garantie. "Il a été décidé d'arrêter la fête tôt le matin par précaution", a ainsi déclaré le porte-parole.

Déjà lu?