Gros fail: l'expert chargé de chiffrer le pacte énergétique fait une erreur de 135 millions 

Ce qui va suivre est plutôt ridicule et pourtant il s'agit d'une histoire vraie. Le gouvernement fédéral a récemment engagé un expert pour chiffre une partie du pacte énergétique. Celui-ci a rendu ses résultats mais il y a un problème: il manque un zéro dans ses chiffres et ça change absolument tout. 

Dans le cadre du fameux pacte énergétique, le gouvernement fédérale a engagé le professeur gantois Johan Albrecht pour réaliser une étude sur une partie de ce pacte. Celui-ci a reçu un joli chèque de 17.000 euros selon le cabinet de la ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem (MR). Problème: il a laissé une grosse erreur dans son rapport pointe Le Soir ce vendredi.

15 millions au lieu de 150

Dans son étude, Johan Albrecht étudie deux possibilités: une première option consiste à fermer les centrales nucléaires belges d'ici 2025 et à les remplacer par des centrales au gaz. L'autre option, qui intéresse tout particulièrement la N-VA, consiste à maintenir opérationnels plus longtemps deux réacteurs nucléaires et donc à activer moins de centrales au gaz.

Ensuite, il met ses chiffres en relation avec le prix du gaz. En testant l'hypothèse d'un gaz bon marché, il conclut que la première option coûterait 900 millions en 2030 et seulement 15 millions pour la seconde. Cette conclusion est complètement fausse et est répétée trois fois dans le rapport.

En effet, dans son étude il publie un tableau avec le surcoût des deux scénarios cités plus haut. Ce tableau montre que le surcoût total du scénario A serait de 2,16 milliards en 2030 (par rapport à 2016). Dans le scénario B (avec nucléaire), ce même surcoût s’élèverait plutôt à 2,01 milliards. Il y a donc 0,15 milliard de différence entre les deux. Autrement dit 150 millions et non 15 millions comme l'expert l'écrit dans son rapport. Depuis, le cabinet de Marie-Christine Marghem a confirmé l'erreur, une erreur de tout de même 135 millions d'euros.

Déjà lu?