Rien qu'en te regardant dans les yeux, Google peut te dire si tu souffriras d'une maladie cardiaque

Grâce à l'intelligence artificielle et à l'apprentissage automatique, Google peut dorénavant déterminer si tu souffriras d'une maladie cardiaque, rapporte le site The Verge. Le nouvel algorithme de Google permettra aux médecins, via l'analyse de ta rétine, de détecter si tu es susceptible d'être victime d'un arrêt cardiaque en fonction de différentes données. 

Les scientifiques de Verily Life Sciences, la filiale d'Alphabet spécialisée dans la recherche sur les sciences de la vie, ont découvert une nouvelle manière d'évaluer ce risque grâce à l'apprentissage automatique. En analysant des images scannées du dos de l’œil, le logiciel de Google peut déduire avec précision des données telles que l'âge de l'individu, sa pression artérielle ou encore sa consommation de tabac. Ces informations peuvent ensuite être utilisées afin de déterminer si la personne est susceptible de connaître un événement cardiaque indésirable majeur tel qu'une crise cardiaque avec la même précision que les méthodes principales actuelles.

Plus rapide qu'un test sanguin

L'algorithme de Google permet également aux médecins de déterminer plus rapidement ce risque car aucun examen sanguin n'est nécessaire. Toutefois, cette méthode doit encore être testée davantage avant d'être utilisée dans un cadre clinique. Les résultats de cette nouvelle technologie ont pour le moment été publiés dans la revue Nature Biomedical Engineering.

Selon Luke Oakden-Rayner, chercheur de l'Université d'Adélaïde spécialisé dans l'apprentissage automatique, ces recherches montrent à quel point l'intelligence artificielle est susceptible d'améliorer les outils de diagnostic existants. "L'IA utilise des données qui ont été saisies pour une raison clinique et en tirent davantage de conclusions que nous ne le faisons actuellement." Cette technologie ne remplace les médecins mais tente au contraire d'étendre le domaine des possibilités, explique le scientifique.

Formation de l'algorithme

Pour la conception de l'algorithme, les scientifiques de Google et Verily ont eu recours à l'apprentissage automatique pour analyser des données médicales de près de 300.000 patients. Parmi ces données, les chercheurs ont pu consulter des scintigraphies oculaires ainsi que des données médicales générales. Comme pour toutes les analyses d'apprentissage en profondeur, les réseaux neuronaux ont été utilisés pour établir des schémas à partir de cette information. L'algorithme a associé les signes révélateurs des scintigraphies oculaires aux mesures nécessaires afin de prédire le risque cardiovasculaire.

La paroi interne arrière de l’œil humain est une mine de vaisseaux sanguins qui sont le reflet de la santé globale du corps. Via l'analyse de l'apparence de ces vaisseaux sanguins avec une caméra et un microscope, les médecins peuvent déduire la tension artérielle d'un individu, son âge ou encore s'il fume ou non.

Lorsqu'on lui a présenté des images rétiniennes de deux patients, l'un ayant souffert d'une maladie cardiovasculaire et l'autre sans antécédent de ce genre, l'algorithme de Google a été en mesure de repérer le patient malade avec 70% de précision, soit un pourcentage légèrement en deçà de la méthode "Systematic Coronary Risk Estimation" (SCORE) couramment utilisée pour prédire le risque cardiovasculaire.

"Crédible"

Selon Alun Hughes, professeur de physiologie cardiovasculaire à l'UCL de Londres, l'approche de Google semble crédible car la médecine a depuis longtemps recours à l'analyse de la rétine pour prédire le risque cardiovasculaire. "L'intelligence artificielle peut permettre d'accélérer les méthodes d'analyse existantes, mais l’algorithme doit encore être testé davantage avant que l'on puisse lui faire totalement confiance", a ajouté le scientifique.

Ce projet de Google fait partie de plusieurs initiatives actuelles ayant recours à l'intelligence artificielle pour faire progresser les découvertes scientifiques. Alors que la plupart des algorithmes médicaux sont conçus pour reproduire les diagnostics existants tels que l'identification du cancer de la peau, l'outil de Google analyse les données médicales existantes d'une nouvelle manière. Avec suffisamment de données, les scientifiques espèrent que l'on pourra aboutir à une vision médicale totalement nouvelle sans direction humaine.

lire aussi