Les caisses self scanning réveillent le voleur qui sommeille chez certains consommateurs

Avec l'introduction de caisses self scanning, les supermarchés espèrent réaliser d'importantes économies sur le personnel. Toutefois, outre cette possibilité, les caisses de libre scannage augmenteraient le nombre de vols à l'étalage car elles réveillent le voleur qui sommeille chez certains consommateurs. 

Selon une enquête de Voucher Codes Pro réalisée auprès de 2.634 consommateurs, 20% des clients ont admis avoir volé lors du self-scanning de leurs articles. Selon des criminologues de l'Université de Leicester, sur un million de transactions en libre-service réalisées sur un pour un montant de 21 millions de dollars (17 millions d'euros), 850.000 dollars (686.000 euros) de marchandises ont quitté les commerces sans être ni scannées, ni payées, rapporte The Atlantic.

La tentation guette le client

En 2013, on comptait dans le monde entier 191.000 terminaux de paiement en libre-service. Ils devraient être environ 325.000 d'ici de l'année prochaine.

Selon les chercheurs de l'Université de Leicester, la hausse de vols à l'étalage à cause des caisses de self scanning s'explique par plusieurs raisons. En premier lieu, le vol à l'étalage est facilité lorsque les clients paient eux-mêmes sans aucun contrôle. La facilité du larcin est susceptible d'inspirer une partie importante des clients qui pénètrent dans le magasin sans avoir en tête l'idée de commettre un vol. Les personnes qui en temps normal ne volent jamais peuvent par exemple décider, à la fin de leurs achats, qu'une réduction est de mise.

Via leurs tentatives de réduire les coûts de main-d’œuvre, les supermarchés et détaillants ont également une responsabilité dans la hausse des vols à l'étalage, indique l'étude. "Les supermarchés ont créé un environnement générateur de criminalité qui favorise le profil au-dessus de la responsabilité sociale", expliquent les auteurs.

Le client se croit protégé par l'anonymat

Par ailleurs, il n'est pas surprenant que certains personnes volent des machines plus facilement que des caissiers humains. "La plupart des voleurs à l'étalage sont en fait des citoyens respectueux des lois", explique Barbara Staib, directrice des communications à l'American National Association for Shoplifting Prevention. "Ils vont vous courir après pour vous rendre une facture de 20 dollars que vous avez perdue, parce que vous êtes une personne et que vous allez perdre ces 20 dollars. Toutefois, l'équation est différente avec un caissier-robot. Cela donne une fausse impression d'anonymat, ce qui augmente la tendance des vols à l'étalage."

Cependant, tous les clients ne sont pas des voleurs à l'étalage. Selon certains consommateurs, il n'y aucun problème moral à voler des magasins qui vous forcent à utiliser des terminaux de self scanning car ils vous obligent à travailler pour eux.

Selon Frank Farley, psychologue à l'université de Temple, certains groupes de clients recherchent également l'excitation: "Le shopping peut être assez ennuyeux car il s'agit d'une routine. Le vol est une manière de rendre la routine plus excitante. Ces personnes prennent des risques et recherchent des stimulations."

Lire aussi