Oxfam dévoile un rapport interne sur le scandale sexuel en Haïti et la version du Belge impliqué est un peu différente

Oxfam vient de publier un rapport rédigé en interne en 2011 sur la mission en Haïti. L'ONG veut essayer de limiter les dégâts en se montrant transparente. Dans ce document, il est, notamment, question du Belge impliqué dans l'affaire. Et la version des faits d'Oxfam est légèrement différente de celle qu'il a donnée...

Abus de pouvoir, harcements, orgies organisées aux frais de l'organisation, Oxfam est dans la tourmente depuis la semaine passée. Aujourd'hui, l'ONG vient de publier en rapport confidentiel qui avait été rédigé en 2011 sur la mission en Haïti. Elle veut se montrer transparente et mettre en lumière la manière dont elle a géré l'affaire. "Nous faisons cette publication exceptionnelle parce que nous voulons être aussi transparents que possible sur les décisions que nous avons prises au cours de cette enquête et en reconnaissance de l'abus de confiance qui a été causé" explique Oxfam dans une note qui accompagne le fameux rapport.

Si les noms sont cachés et certaines parties censurées, on y apprend qu'un membre du personnel a été licencié pour avoir utilisé l'équipement informatique de l'ONG pour télécharger du "matériel pornographique et illégal".

Une version un peu différente pour Roland van Hauwermeiren

Dans le rapport il est également question du belge Roland van Hauwermeiren. L'ancien directeur au Tchad et en Haïti pour Oxfam avait nié avoir organisé des orgies avec des prostituées mineures alors qu'il était en Haïti. Il aurait seulement eu des contacts intimes avec "une dame honorable et mature, pas une victime d?un tremblement de terre, ni une prostituée" et il n'aurait pas été question d'argent selon lui. Mais la version dans le rapport est tout autre. Il affirme avoir eu des rapports avec des prostituées dans son domicile sur place. Et on peut lire qu'Oxfam lui a proposé un départ digne s'il collaborait pleinement à l'enquête.

Le problème c'est qu'après Oxfam, Roland van Hauwermeiren a rejoint l'ONG française Action qui lutte contre la faim au Bangladesh. Et l'ONG n'était absolument pas au courant des faits reprochés au belge.

Harcèlement interne

On peut également lire dans le document qu'il y a eu une histoire de harcèlement en interne. Trois employés d'Oxfam auraient menacé physiquement un de leur collège qui a été appelé à témoigner dans le cadre de cette fameuse enquête menée en 2011. Les faits présents dans le rapport sont loin de redorer l'image de l'ONG.

Oxfam devrait se rendre en Haïti et rencontrer le gouvernement afin de présenter ses excuses et de mettre ne place des plans d'action.

Déjà lu?