Par peur de perdre leur job chez Carrefour, des caissières à Mons bloquent les caisses self-scan

Insatisfaits des plans de restructuration mis en place par Carrefour en Belgique, les caissières et caissiers de l'hypermarché de Mons ont recouvert les caisses des selfs-scan de plastique noir afin de les rendre inutilisables. Sur les réseaux sociaux, ils appellent à boycotter ces outils qui signent "la mort de leur profession".

Fin janvier, Carrefour annonce qu'il va licencier 1.233 personnes rien qu'en Belgique, notamment pour se d ier à l'e-commerce. Certains magasins doivent se restructurer tandis que d'autres ferment définitivement leurs portes, comme les hypermarchés de Genk et Belle-Île d'Angleur (Liège). Le week-end suivant cette annonce, une vingtaine de supermarchés ont fermé en signe de protestation.

Depuis, les protestations n'ont pas cessé et la peur de se voir remplacé par des machines est très présente. C'est le cas de l?hypermarché Carrefour de Mons où le personnel a décidé de s'attaquer aux caisses automatiques qui pourraient potentiellement leur voler le travail. "À Mons, 22 emplois sont menacés. En guise de protestation, les caissiers ont emballé les caisses automatiques de plastique", explique Geoffrey Manfroy du SETCa aux journalistes de Het Nieuwsblad.

Réseaux sociaux

Leurs messages ont également été véhiculés via les réseaux sociaux. "Vos hôtes et hôtesses de caisse ont l'immense douleur de vous informer de la mort de leur profession lâchement assassinée par des financiers sans scrupules", pouvait-on lire sur des images ayant circulées cette semaine (voir ci-dessous).

Du côté de Carrefour, on rassure. Le porte-parole de la chaîne Baptiste van Outryve explique au Het Nieuwsblad que "la caisse enregistreuse classique ne disparaît pas", que "les scanners à main restent" mais qu'une troisième option devrait être mise en place "pour les personnes pressées et disposant d'un plus petit panier". Quoi qu'il en soit, les syndicats se disent satisfaits de la campagne et il n'est pas exclu que cette technique de boycott se propage à d'autres magasins Carrefour en Belgique.

Les messages des caissières et caissiers à Mons qui tournaient sur les réseaux sociaux

Déjà lu?