Gros bazar à Bruxelles cette semaine avec le procès de Salah Abdeslam: voici où tu peux et ne peux pas circuler

Le très attendu procès de Salah Abdeslam se déroule toute cette semaine au Palais de Justice de Bruxelles. Le dernier survivant du commando de Paris n'est pas jugé pour sa participation aux attentats du 13 novembre 2015, mais pour son implication dans la fusillade qui avait eu lieu à Forest un peu avant les attentats de Bruxelles. Il fallait s'en douter, les mesures de sécurité déployées sont drastiques, barrant la circulation à certains endroits.

Comme prévu, le procès de Salah Abdeslam s'est ouvert ce lundi à 9 heures au Palais de Justice de Bruxelles. Le dernier survivant du commando des attentats de Paris (13 novembre 2015) est jugé aux côtés de Sofien Ayari, pour "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste" dans le cadre de l'affaire de la fusillade de la rue du Dries à Forest le 16 mars 2016. Soit une petite semaine avant les attentats de Bruxelles.

Mais il fallait s'en douter, le procès a débuté sous la plus haute sécurité. Du jamais vu dans l'histoire du Palais de Justice de la capitale. Salah Abdeslam est arrivé peu après 8 heures, transféré dans la nuit de la prison de Fleury-Mérogis, en banlieue parisienne, via un convoi de véhicules de gendarmes d’élite du GIGN français. Pour l'accueillir, des mesures drastiques ont été prises afin éviter tout attentat, tentative d’évasion ou même suicide du prévenu. En plus de très nombreux véhicules garés un peu partout et d'une foule énorme de journalistes qui se pressent aux abords du palais depuis 6 heures du matin, des blocs de béton ont été placés devant les grands escaliers du palais pour en réduire l'accès.

Parkings fermés, rue barrée, contrôles visuels et détecteurs de métaux

Et qui dit mesures de sécurité draconiennes, dit inévitablement embarras de circulation autour de la place Poelaert. Tout d'abord, note que les parkings jouxtant le Palais de Justice sont inaccessibles, et ce pour toute la semaine prévue du procès, de jour comme de nuit. Ne perds donc pas ton temps à essayer de t'y garer. La rue de Wynants, située derrière le palais, est également fermée, relève l'agence de presse Belga de sources judiciaires. Il n'y a d'ailleurs plus qu'un seul accès possible au bâtiment: via l'entrée principale de la place Poelaert. Sauf pour les magistrats et le personnel qui pourront, eux, passer par l'accès vers la cour d'assises.

Si tu dois te rendre au Palais de Justice ce lundi, sache aussi que tu devras obligatoirement te soumettre à un contrôle visuel par la police dans la cour d'honneur puis au détecteur de métal qui se trouve à l'entrée de la place Poelaert. Un peu comme à l'aéroport. Mais tant le public, les très nombreux journalistes accrédités, les avocats, interprètes, magistrats que le personnel judiciaire devront y passer. Et comme, au moins 1.000 personnes, dont 120 policiers devraient entrer aujourd'hui, note La Libre, nul doute que ce sera le bazar.

Hélicoptères pour le transfert quotidien?

En plus du bazar au sol, des hélicoptères ont été déployés. Chaque soir de cette semaine de procès, Salah Abdeslam sera transféré de Bruxelles à la prison de Vendin-le-Vieil en région Nord-Pas-de-Calais. Pour parcourir cette distance de près de 150 kilomètres, le terroriste sera escorté par des unités d’élites françaises et belges, soit par convoi spécial soit par hélicoptère. Mais selon La Dernière Heure, l'option privilégiée par les autorités en décembre était par voie aérienne plutôt que routière. La décision finale sera prise au dernier moment.

Dernier point important à noter: les autres procès prévus cette semaine n’ont pas été annulés, mais il faudra s'attendre à d’importants retards. Courage à toi, si tu as été convoqué au Palais de Justice cette semaine.

Attention, il ne s'agit pas du procès de Salah Abdeslam pour sa participation aux attentats de Paris. Ce procès en correctionnel n’est qu’une sorte de préambule à celui qui se déroulera prochainement dans l'Hexagone pour les attaques qui y ont fait 130 morts. Mais le même cadre de sécurité, voire plus drastique encore, sera au programme pour juger celui qui est devenu l'ennemi public numéro un en France.

Déjà lu?