Une cité maya de 2.000 km² a été découverte sous la jungle du Guatemala grâce à des lasers

À deux pas des sites touristiques ultra connus, comme les imposants temples de la ville antique de Tikal, la technologie laser a permis de découvrir quelques 60.000 maisons, palais, tombes et pyramides recouverts par la jungle guatémaltèque. La cité s'étend sur 2.000 km².

Grâce à des drones et le système de laser LIDAR, un système de détection et de télémétrie qui envoie des ondes lumineuses, un vaste réseau interconnecté de villes pré-colombiennes ayant abrité des millions de personnes a été découvert, révèle le National Geographic cette semaine.

Il était caché là, depuis des années, et personne ne l'avait remarqué. Sous la canopée des jungles du nord du Guatemala, se trouvait des dizaines de milliers de structures construites par les Mayas il y a plus d'un millénaire. Ce réseau cosmopolite étendu sur une surface de plus de 2.000 km² est situé dans la région du Péten, là où se trouve les sites archéologiques hyper touristiques de Tikal.

LiDAR

"Les images LiDAR montrent clairement que toute cette région était un système de peuplement dont l'échelle et la densité de population avaient été grossièrement sous-estimées", explique à National Geographic l'archéologue Thomas Garrison, spécialiste de l'utilisation de la technologie numérique pour la recherche archéologique en charge du projet.

LiDAR est l'abréviation de "Light Detection And Ranging", soit "détection de lumière et télémétrie" en français. La méthode a déjà été utilisée ailleurs, notamment autour du temple d'Angkor Wat au Cambodge. Mais ce projet LiDAR est le plus important jamais entrepris.

Chaussées surélevées

"En cartographiant les mouvements d'eaux dans les passages souterrains du site, les chercheurs espéraient localiser des systèmes souterrains auxquels il est fait référence dans l'histoire orale maya, mais dont l'existence n'avait jamais été confirmée", explique le National Geographic.

Le système LiDAR a révélé l'existence de larges chaussées surélevées reliant des centres urbains et des carrières. Les chercheurs ont ainsi découvert des systèmes d'irrigation et de terrassement complexes ayant soutenu une agriculture intensive capable de nourrir des masses de travailleurs. De quoi faire rêver les apprentis archéologues et les Indiana Jones en herbe.

La découverte a été révélée par le magazine National Geographic:

 

Déjà lu?