En Italie, un homme vêtu d'un drapeau italien ouvre le feu sur des migrants: 6 blessés dont un grave

C'est l'horreur dans la petit ville italienne de Macerata, dans le nord-est du pays. Un homme a en effet ouvert le feu sur un groupe de migrants et aurait fait 6 blessés dont un grave, bilan provisoire. L'auteur présumé a été arrêté par la police et aurait fait un salut fasciste en sortant de son véhicule. 

Triste journée dans la petite ville de Macerata dans le nord-est de l'Italie. Un homme a ouvert le feu sur des passants de cette ville d'environ 43.000 habitants. Selon le journal italien Corriere Della Sera, il y aurait six blessés, tous d'origines étrangères. Une des victimes serait dans un état grave, les autres seraient tirées d'affaire.

Le récit du journal italien est glaçant: un homme de 28 ans, Luca Traini, a débarqué dans la ville au volant de sa voiture et s'est arrêté devant le monument aux morts. Habillé aux couleurs de l'Italie, il est sorti du véhicule en faisant le salut fasciste et en criant "Viva Italia". Il a ensuite ouvert le feu sur tous les étrangers qu'il croisait.

Extrême droite

L'auteur présumé des faits était connu des autorités puisqu'il était membre de plusieurs mouvement d'extrême-droite. Il était par exemple membre du parti Lega Nord, connu comme étant xénophobe et populiste.

Selon les autorités, cette fusillade est une représailles à un fait divers macabre qui a eu lieu il y a quelques jours à Macerata. La corps d'une jeune fille avait été retrouvé en plusieurs morceaux dans deux valises. Un migrant nigérien avait été arrêté, soupçonné d'être impliqué dans l'histoire. "Nous ne pouvons pas répondre à la barbarie par un autre acte barbare" a déclaré le père de la jeune fille ce samedi sur une radio italienne.

Le secrétaire de Lega Nord s'est d'ores et déjà exprimé et pointe les dérives de l'immigration: "Il est clair et évident que l'immigration de masse promue et financée par notre pays conduit à des conflits sociaux. J'ai hâte d'aller au gouvernement pour apporter la sécurité, la justice sociale, la sérénité dans toute l'Italie." C'est ce qu'on appelle de la récupération politique.

Déjà lu?