Trump a complètement changé de ton durant son premier discours sur l'état de l'Union mais il campe sur les mêmes positions

Donald Trump a tenu son premier discours sur l'état de l'Union au Congrès ce mardi 30 janvier. Il devait dresser l'état des lieux de ce qu'il a accompli depuis sa prise de pouvoir et présenter le programme à venir pour 2018. Si le président a totalement changé de ton durant ce discours, il poursuit néanmoins sur la même ligne...

Donald Trump a complètement changé de ton lors du traditionnel "état de l'Union". Ce discours est très symbolique et se déroule tous les ans aux États-Unis durant le mois de janvier. Il sert à présenter tout ce qui a été réalisé au cours de l'année écoulée et à développer le programme pour celle qui commence. Le "State of the Union" se déroule au Capitole et rassemble les sénateurs et représentants démocrates et républicains, des Juges de la Cour Suprême, des représentants de l'armée et les principaux ministres. Il est rediffusé à la télévision et regardé par 30 à 50 millions d'Américains.

Alors qu'il est au plus bas dans les sondages, notamment à cause de l'enquête de Mueller sur l'ingérence russe dans les élections, le président des États-Unis s'est voulu plutôt conciliant durant ce discours. Lui, plutôt habitué aux attaques.

Éviter un second shutdown

Il a appelé à l'unité et à trouver un compromis avec les démocrates pour éviter un second shutdown au pays. Le 19 janvier dernier, les républicains et les démocrates n'étaient pas parvenus à trouver un accord sur le financement du gouvernement. Il y avait alors eu une fermeture partielle des administrations de l'Etat fédéral. Finalement, le lundi suivant une rallonge budgétaire avait été votée mais les élus du Congrès ont jusqu’au 8 février pour parvenir à un compromis. "Ce soir, je lance un appel en direction de tous afin que nous mettions nos divergences de côté pour trouver un terrain d’entente et réaliser l’unité que nous devons au peuple qui nous a élus pour qu’on le serve" a déclaré le président.

Immigration

Une bonne partie du discours était consacrée à l'immigration. Trump est en plein débat sur les "dreamers", cette génération de jeunes entrés illégalement sur le territoire américain avec leurs parents alors qu'ils étaient mineurs. Les démocrates se battent pour qu'ils puissent accéder à la citoyenneté mais Trump est contre. Il n'a d'ailleurs pas changé d'avis et a d'ailleurs encore fustigué l'ouverture des frontières en déclarant qu'elles "ont permis à la drogue et aux gangs de déferler sur les communautés les plus vulnérables."

L'administration a déclaré que 1,8 million de sans-papiers pourraient accéder à la citoyenneté si les démocrates acceptent de débloquer 25 milliards de dollars pour la construction du fameux mur.

Guantanamo reste ouverte

Juste avant le début du discours, on a appris que Trump avait signé un décret permettant à la prison très controversée de Guantánamo de rester ouverte. Déjà pendant sa campagne électorale, Trump avait promis que la prison resterait ouverte alors que son prédécesseur, Obama, avait tout fait pour essayer de la fermer. La prison de Guantanamo a été ouverte par le président George W. Bush après le 11 septembre 2001 pour détenir et interroger des personnes suspectées d'être des terroristes. Il y a eu jusqu'à 780 prisonniers à Guantanamo mais aujourd'hui, il ne reste que 41 détenus.

Déjà lu?