À Liège, PS, MR, Ecolo et cdH sont tous du même avis: NON aux visites domiciliaires

Libéraux, écolos, chrétiens-démocrates et socialistes qui se mettent d'accord pour s'opposer à un projet de loi gouvernemental, on ne voit pas ça très souvent en Belgique. C'est pourtant le cas à Liège. Le conseil communal a voté à l'unanimité contre le projet du gouvernement d'autoriser les visites aux domiciles des citoyens qui hébergent des sans-papiers.

Christine Defraigne félicitée sur Twitter par Julie Fernandez Fernandez, c'est un événement plutôt rare. La députée PS et Échevin liégeoise a souligné le courage de la position de la cheffe de file MR au conseil communal de Liège. Que s'est-il passé?

Le conseil communal de Liège a décidé à l'unanimité de rejeter la proposition du gouvernement autorisant la police à entrer chez ceux qui hébergent des migrants. La motion a été déposée par le conseiller écolo Guy Krettels et tous - PS, Ecolo, cdH, MR et Vega - se sont mis d'accord: ils refusent que "les juges d’instruction soient utilisés comme des collaborateurs de l’Office des étrangers".

Partant du principe "que la loi offre déjà aux forces de sécurité tout le loisir d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public" et considérant comme cynique le projet de loi "qui implique de facto qu’une personne illégale puisse être plus que toute autre personne assimilée à un danger pour l’ordre public", le conseil communal de Liège a demandé au parlement fédéral de rejeter ce projet de loi, relève Sudpresse.

"Revoir le projet"

Rappelons que Defraigne est également la présidente du Sénat de Belgique. Sur Twitter, elle écrit à propos des visites domiciliaires: "L’article 15 de la Constitution prévoit l’inviolabilité du domicile et les exceptions à ce principe sont strictissimes. Le groupe MR de Liège demande de revoir le projet de loi de manière à ce qu’il soit conforme à la Constitution".

Cette déclaration va dans le sens inverse de ce que soutient jusqu'à maintenant sa famille politique libérale également membre de la coalition gouvernementale. Mais Defraigne précise à la RTBF qu'il n'y a pas de dissension entre MR liégeois et le reste des libéraux belges. "Notre ADN, c'est de préserver la constitution, les droits fondamentaux et d'atteindre des objectifs légitimes par des moyens proportionnés."

Du côté de Willy Demeyer, on se félicite de cette décision unanime. Le bourgmestre socialiste de Liège s'est dit "fier de présider ce conseil communal" et a ajouté que la motion va être transmise au président de la Chambre, aux différents groupes parlementaires, au Premier ministre Charles Michel, au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) et au ministre de la Justice Koen Geens (CD&V).

Déjà lu?