Le danger de l'hyperconnectivité? Une app de sport révèle la situation de bases militaires américaines secrètes

Une application de tracking fitness qui localise le parcours des utilisateurs pourrait être la cause de problèmes de sécurité pour des militaires américains dans le monde. Cette application pour athlètes permet à qui le veut de partager ses performances. Mais quand ce sont les soldats situés dans des bases secrètes qui s'entrainent, le partage de leurs performances donne des indications très claires sur la localisation de leurs camps. Le pentagone a du souci à se faire. 

Qui n'a jamais partagé ses prouesses sportives via des applications du genre "runtastic" en mode "Regardez, je viens de courir 4 km ....". Eh bien, c'est ce genre de pratique qui pourrait devenir un problème de sécurité pour des troupes américaines et leurs alliés.

En effet, l'application Strava, "le réseau social pour les athlètes" selon son slogan, permet de géolocaliser publiquement le parcours que les sportifs qui utilisent l'application ont réalisé. Si une habitante au fin fond du Texas partage publiquement ses résultats, disons que cela n'a pas beaucoup d'importance, en revanche, si ce sont les parcours de soldats américains en missions dans des bases syriennes, irakiennes ou afghanes, c'est plus problématique.

Des informations clés pour de potentielles attaques

Car, même si les groupes susceptibles d'attaquer les bases militaires connaissent la position de celles-ci, ils ne sont parfois pas au courant des chemins, routes à emprunter pour les atteindre. Or, c'est exactement ce que l'application Strava fournit comme information en rendant public les parcours des soldats.

En fait, l'application ne montre pas seulement le trajet effectué par l'une ou l'autre personne dans le monde, elle indique également l'intensité des parcours effectués, ce qui donne une vue global des efforts des athlètes d'une même région. Et donc dans ce cas-ci, les chemins et routes qu'empruntent les soldats lorsqu'ils partent faire un petite promenade de santé.

Trop flagrant au Moyen-Orient

Évidemment, en Europe ou en Amérique du Nord, cette application n'est pas problématique car l'application montre des espaces où tout est coloré (par la publication des parcours des sportifs). Mais dans des pays comme l'Afghanistan, la Syrie ou l'Irak, les cartes sont beaucoup plus contrastées, et les parcours beaucoup plus identifiables. Ce sont notamment les bases de Taji au nord de Bagdad, de Qayyarah au sud de Mossoul, de Speicher près de Tikrit et de Al-Asad dans la province d'Al-Anbar (enAfghanistan) qui sont concernées, selon l'AFP.

Panpan cucul

La situation est prise au sérieux par le département américain de la Défense qui est en train d'évaluer le problème."La récente divulgation de données souligne l'importance d'une sensibilisation aux différentes situations quand des militaires partagent des données personnelles" a déclaré à l'AFP Audricia Harris, porte-parole du Pentagone.

"Une leçon attend beaucoup de monde lundi matin" ironise sur Twitter un des analystes qui a découvert la publicité de ces résultats sportifs, Tobias Schneider. En effet, les soldats seront probablement réprimandés pour avoir révélé des informations confidentielles en partageant leurs prouesses physiques.

Ce qui est fou aussi, c'est que le problème aurait pu être évité très facilement, car d'après Strava interrogé par l'AFP, "les athlètes qui ont paramétré leurs données en privé ne voient pas leurs données collectées". Voilà voilà.

Déjà lu?