Révolution en vue: Benoît Lutgen va-t-il encore pouvoir tenir longtemps à la tête du cdH?

Les temps sont difficiles pour Benoît Lutgen au cdH. Le président du parti humaniste doit faire face à des critiques toujours plus vives au sein de ses troupes, notamment après l'affaire Opaline Meunier. Mais de là à pousser pour son départ, il y a un pas que peu osent encore franchir.

Benoît Lutgen tiendra-t-il encore longtemps à la tête du cdH? C'est la question que l'on est en droit de se poser à la lecture de l'article de la Libre de ce lundi matin. Car au sein du cdH, les voix commencent à s'élever pour contester celui qui dirige le parti humaniste depuis 2011.

Opaline Meunier et les sondages

L'affaire Opaline Meunier a fait très mal à Lutgen. Voir l'une des grandes espoirs du parti préférer rejoindre Georges-Louis Bouchez sur sa liste à Mons, face à celle du cdH, a été très mal vécu par certains. La gestion de ce dossier par le président du parti n'a pas été comprise par tous: pourquoi enlever toutes ses fonctions à Opaline Meunier "d'un commun accord" mais la conserver au sein du cdH?

"Il va falloir que tu remettes en question tes capacités de président", aurait ainsi lancé le député Josy Arens à Lutgen, relate la Libre. Catherine Fonck, cheffe du groupe cdH à la Chambre et figure importante du parti, aurait quant à elle eu "des mots très durs" contre "son" président, toujours selon la même source.

Ajoutez à cela des scores difficiles dans les sondages en vue des communales et des provinciales, et vous obtenez une période délicate pour le cdH... mais aussi et surtout pour son président, quelques mois après sa décision forte de débrancher la prise avec le PS.

Un congrès doctrinal en préparation?

Le souci, c'est que cela fait plusieurs mois que la question de la crédibilité de Benoît Lutgen à la tête du cdH se pose: en octobre dernier, les résultats dans les sondages et la direction prise par le parti centriste interrogeaient déjà. De là à imaginer Lutgen sauter dans les mois à venir? Lundi, en bureau de parti, un député aurait même osé demander la démission de Lutgen (selon l’Écho)... Mais pour l'instant, ce n'est pas d'actualité, assure toujours la Libre. Lutgen va néanmoins devoir cravacher pour rassembler voire reconquérir ses troupes.

Carlo Di Antonio, ministre wallon de l'Environnement et proche du président du cdH, a notamment suggéré un congrès doctrinal dans les mois à venir pour relancer la machine: "Le cdH doit organiser un congrès doctrinal avant les élections. Le cdH doit redéfinir ses priorités avant les élections régionales. Il est indispensable que des grandes options soient prises avant cet été pour l’échéance électorale de 2019", assure-t-il dans l'Echo. Cela sera-t-il suffisant pour insuffler un nouvel élan aux centristes? Difficile à dire.

Interrogé par newsmonkey il y a quelques semaines, Lutgen se voulait en tout cas ambitieux pour les élections à venir: "Je ne vais pas vous dire qu'on est content avec ces mauvais sondages, mais on doit aller de l'avant. (...) Les résultats pourraient réserver quelques surprises, et on l'espère dans le bon sens", nous avait-il expliqué, tout en assumant ses choix: "Par rapport aux valeurs que nous défendons, des valeurs humanistes - ce qui peut paraître prétentieux - je dois faire des choix, en cohérence avec ces valeurs. Après, peut-être, qu'il y aura l'échec électoral. Mais l'échec personnel au plus profond de soi même, ça, il n'existera pas". Échec ou non, on aura la réponse dans quelques mois...

Pour rappel, Benoît Lutgen avait fait le bilan de l'année 2017 pour newsmonkey

 

Déjà lu?