Petite surprise: ce sont Kendrick Lamar et Bruno Mars qui sont les grands gagnants des Grammy Awards

Avec respectivement 6 et 5 statuettes, Bruno Mars et Kendrick Lamar sont sortis grands vainqueurs de cette 60e édition des Grammy Awards, les prix américains de la musique. Petite surprise par rapport aux pronostics, puisque le rappeur Jay-Z partait favori avec 8 nominations mais est rentré chez lui bredouille. 

La cérémonie de remise des Grammy Awards se déroulait ce dimanche soir au Madison Square Garden de New York. Du beau monde a foulé le tapis rouge: Lady Gaga, Rihanna, U2, Sam Smith, John Legend, Luis Fonsi et Daddy Yankee, Pink, Kesha, Jay-Z, Elton John, Miley Cyrus... Seule petite déception: Ed Sheeran n'a pas pu faire le déplacement, mais cela ne lui a pas empêché de remporter le prix de la meilleure performance pop en solo pour son tube planétaire "Shape of you" ainsi que celui du meilleur album vocal pop pour "Divide".

À l'issue de la cérémonie, deux artistes ont tiré leur épingle du jeu: Bruno Mars et Kendrick Lamar. Glanant respectivement six et cinq statuettes, sur les 84 catégories de prix, les deux chanteurs sont repartis les grands vainqueurs de cette 60e édition des Grammy Awards. Ils ont d'ailleurs démarré en fanfare la soirée, en raflant chacun trois prix avant l'annonce des récompenses majeures.

Les grands perdants: Jay-Z et "Despacito"

Bruno Mars, tout d'abord, a été couronné des prix du meilleur album et album de l'année pour "24K Magic". Dans cette dernière catégorie, il a été préféré à Kendrick Lamar et Jay-Z. C'est la première fois que le chanteur hawaïen s'illustre dans ces catégories phares des Grammys. Ensuite, il a aussi remporté les titre de chanson de l'année pour "That's What I Like" et d'enregistrement de l'année.

Kendrick Lamar, quant à lui, a réussi son second grand chelem en raflant les quatre catégories rap: meilleur album de rap avec "DAMN" et meilleure performance de rap, entre autres. À son tableau de chasse, il ajoute encore le prix de la meilleure vidéo musicale pour son titre "Humble". C'est aussi lui qui a été chargé de l'ouverture de la cérémonie, et il l'a fait en mettant une grosse ambiance avec sa reprise de son titre "XXX" aux côtés de Bono du groupe U2.

Le grand perdant de la soirée est sans conteste Jay-Z. Malgré ses huit nominations, le rappeur marié à Beyoncé est rentré chez lui bredouille. De même, Luis Fonsi et Daddy Yankee partaient favoris avec trois nominations pour leur méga succès "Despacito". Mais ils sont, eux aussi, retournés malheureux.

Une pensée pour princesse Leia

Outre ces deux grands gagnants, on notera aussi le Grammy du meilleur album parlé décerné à titre posthume à Carrie Fisher, pour son livre audio d'anecdotes sur la saga Star Wars: "Princess Diarist". L'actrice qui incarnait la princesse Leia est décédée fin de l'année 2016. Au même titre, Leonard Cohen est le deuxième à avoir reçu un Grammy à titre posthume: celui de la meilleure performance rock. Le chanteur né au Québec est décédé le 7 novembre 2016 à Los Angeles, à l'âge de 82 ans.

#TimesUp

Enfin, un petit détail a marqué l'attention: de nombreux artistes portaient une rose blanche sur leur tenue. Répondant à l'appel de Time's Up, un fonds créé par plus de 300 actrices pour soutenir les victimes de harcèlement sexuel, il s'agissait d'un symbole d'espoir, de paix, de sympathie et de résistance. Miley Cyrus, Lady Gaga, Ne-Yo, Kelly Clarkson et même The Chainsmokers, entre autres, avaient choisi de porter la fleur blanche sur leurs vêtements ou entre leurs mains.

Mais la tendance n'a pas été aussi bien suive dans le monde de la musique que dans le monde du divertissement à Hollywood.

Déjà lu?