Petit nouveau dans le monde du mobilier anti-SDF: les parkings à vélos de Seattle

Il y avait les bancs sur lesquels on ne sait pas s'allonger, les pics devant les vitrines, les douches au-dessus des portes de parking, les jardins de cactus, les sols ondulés... et voici maintenant les arceaux pour vélos. La ville de Seattle a eu l'idée d'installer un parking pour vélos sous un pont où les SDF avaient l'habitude de se réfugier.

Ils ont toujours l'air inoffensifs, ils sont généralement bien intégrés dans le paysage urbain et sont plutôt discrets. Mais de nombreux éléments du mobilier urbain sont souvent pensés de façon à repousser les SDF. Supermarchés, boutiques de luxe ou même parfois les administrations locales... nombreuses sont les institutions à avoir recours à ces dispositifs.

À Seattle, les autorités ont utilisé un parking à vélo pour dégager un campement de sans-abris. Jeff Few, un Seattleite, explique au Guardian avoir remarqué un changement sous un pont d'autoroute sous lequel il avait l'habitude de passer. Avant de partir pour un voyage d'affaires de deux jours, il y avait des tentes avec des sans-abris sous ce pont. À son retour, plus d'hommes, de femmes, ni d'enfants. À la place, 18 nouveaux arceaux pour vélo.

Intentionnel

"Les nouveaux arceaux étaient clairement là pour empêcher les camping en rue", explique Few. "Il n'y avait nullement besoin de ces râteliers pour vélo sous un viaduc qui sera détruit dans un an".

Ses soupçons ont été confirmés après qu'il ait déposé une demande de divulgation publique des mails des employés du Départements des Transports de Seattle (SDOT) au sujet de l'installation. La correspondance montre que le service de transport s'est coordonné avec la police pour que les racks soient installés dès le départ des sans-abris afin que ces derniers ne puissent plus se réinstaller.

Réappropriation du vélo

Sur son blog Seattle Bike, Tom Fucoloro fait part de son indignation: "En tant que personne qui a été un grand militant pour l'expansion des parkings à vélos dans la ville, il est dérangeant de voir ces arceaux difficilement acquis être utilisés d'une telle manière".

En décembre 2017, une campagne lancée par la Fondation Abbé Pierre a fait grand bruit à Paris. Elle appelait les internautes à dénoncer tous les équipements urbains empêchant les sans-abris de se poser.

En Belgique, il n'est pas rare de voir de l'architecture hostile aux sans-abris, comme le soulignait cet article de la RTBF. Mais jusqu'ici, aucun de ces dispositifs ne s'étaient appropriés le mobilier pour vélos. Quelle sera la prochaine idée? Des rampes de skate?

Déjà lu?