Soigner le mal par le mal! Le virus de la grippe pourrait permettre de combattre le cancer du pancréas

Bientôt un remède contre le cancer du pancréas? Le virus de la grippe serait en tout cas capable de détruire certaines cellules cancéreuses du pancréas sur les tests in vitro. Maintenant, la prochaine étape est de faire le test sur l'homme. Cette dernière découverte est prometteuse pour soigner l'un des cancers les plus redoutables. 

Une nouvelle approche thérapeutique pour venir à bout du cancer du pancréas verra-t-elle le jour? Ce cancer qui est généralement détecté à un stade avancé est l'un des plus redoutables, et pour cause: les cellules cancéreuses qui se développent sur le pancréas vont d'abord se multiplier de manière silencieuse avant de former une tumeur.

Cette tumeur grandit et finit par perturber le fonctionnement de l'organe. Ce n'est qu'à ce moment-là que des symptômes apparaissent. Pour la science, trouver le bon traitement relève de la mission impossible.

Le virus de la grippe comme traitement

Mais la bonne nouvelle, c'est que des chercheurs seraient sur la piste d'une nouvelle forme de traitement de cancer: selon l'étude, réalisée par le Barts Institute Cancer, de l'Université de Londres Queen Mary, un virus modifié de la grippe pourrait bien être une solution. "Le nouveau virus infecte spécifiquement et tue les cellules cancéreuses du pancréas, provoquant peu d'effets secondaires dans les tissus sains proches", déclare ainsi l'auteur principal de l'étude, le Dr Stella Man.

Expériences in vitro réussies

Les scientifiques ont fait l'expérience sur des souris en injectant le virus de la grippe dans le sang pour tuer les cellules cancéreuses. Comme attendu, le virus n'affecte pas les cellules saines du pancréas mais se multiplie dans les cellules cancéreuses, se propage dans les cellules malades voisines et les élimine.

En pratique?

Ainsi, une unique injection, associée à une chimiothérapie a pu drastiquement réduire la taille des tumeurs, sans effet indésirable dangereux pour les animaux. Maintenant, reste encore à faire ces tests sur des humains. Mais pour le professeur Evan, qui s'est également penché sur cette étude, "c'est encourageant de voir que ce virus, une fois modifié, peut reconnaitre les cellules cancéreuses et est capable de les tuer pour neutraliser le cancer du pancréas", explique-il ici. Il ajoute cependant qu'il faudra encore patienter pour voir si le virus peut pénétrer de manière sécurisée la tumeur pancréatique. La prochaine étape consistera donc à réaliser ces tests sur l'homme et ces essais cliniques pourraient commencer d'ici deux ans. Si tout ça s'avère correct, il s'agira encore d'un ultime progrès très encourageant.

Déjà lu?