Oui, tu lis bien: les travaux du tunnel Léopold II dureront 39 (!) mois

Le plan des travaux de reconstruction du tunnel Léopold II à Bruxelles a enfin été acté. Le chantier durera 39 mois, ce qui est très très long. Le tunnel fermera donc chaque été pendant trois ans et presque tous les soirs de la semaine. Prépare-toi à galérer.

Il y a moins de vingt ans, seules trois villes chinoises disposaient d'un réseau de métro. En-dehors de Pékin, Guangzhou et Shanghai, il n'y avait rien. Aujourd'hui, plus de 25 villes chinoises sont reliées, plus de 60 lignes ont été créées, permettant à 291 millions de personnes d'avoir accès au métro. Le rythme avec lequel les tunnels se construisent et la Chine ouvre ses villes pour les rendre accessibles à sa population est tout simplement impressionnant.

Le contraste avec Bruxelles ne peut pas être plus grand. La Région bruxelloise va rénover l'une de ses principales voies d'accès à la ville: le tunnel Léopold II. Principal axe de pénétration du nord-ouest de la capitale, il relie la Petite Ceinture à l’entrée de l’autoroute E40 en direction de Gand et d’Ostende. Le tunnel n'est pourtant pas si vieux: sa construction s'est achevée en 1986, mais il est apparemment déjà usé. D'ailleurs, des inspections réalisées en 2015 et en 2016 ont prouvé qu'il avait besoin d’une rénovation en profondeur. Il faut dire que c'est l'une des entrées principales de la ville: chaque jour, près de 60.000 voitures y passent.

Le timing prévu pour la remise à neuf de ce tunnel est ridiculement long. Et pourtant, ce sont les grandes entreprises de construction qui s'y attèleront: Besix, Jan De Nul et Engie-Fabricom. Ce consortium, appelé Circul 2020, n'est pas parvenu à mettre en place un plan qui ne s'achève avant plusieurs années. Le tunnel restera donc en chantier permanent pendant 39 mois complets.

Pas prêt avant 2020

Les travaux débuteront le 1er mai cette année et ne se termineront qu'en mai 2020. Le tunnel aura de nouvelles parois, un nouveau plafond et un nouveau revêtement de la chaussée: de l'asphalte au lieu du béton. Tout sera remis à neuf: l’étanchéité, la voirie, l’électromécanique, les issues de secours, l'éclairage, la scénographie... Et une grosse opération de désamiantage du tunnel se fera pendant les mois de juillet et août 2018.

D'ici les trois années à venir, le tunnel sera donc fermé à la circulation pendant l'été. Le reste de l'année, ce sera la misère pendant la nuit, puisque le tunnel fermera de 22 heures à 6 heures du matin. Excepté les vendredis et samedis soirs où il restera ouvert, explique le ministre de la Mobilité, Pascal Smet (sp.a). Bonne nouvelle pour les gens qui sortent le week-end à Bruxelles, donc. Le ministre bruxellois assure également que les deux voies dans chaque direction resteront presque toujours disponibles, lorsque le tunnel sera ouvert.

Il faudra encore voir avec les communes bruxelloises concernées, la Région flamande et la police comment le trafic au-dessus du tunnel va pouvoir se mettre en place en douceur. Mais il n'y a pas de miracles: tout le trafic devra passer en surface le long de la Basilique de Koekelberg pendant l'été. Une solution proposée est de renforcer l'offre de transport public: plus de bus, trams et métros de la STIB, plus de bus De Lijn et de trains de la SNCB.

Le tunnel sera rapidement équipé de 200 caméras, afin que la reconnaissance des plaques d'immatriculation et surtout le contrôle des voies soient parfaitement possibles. Ceci est essentiel tant pour surveiller la vitesse des automobilistes que leur respect de la Zone de basses émissions instaurée dans la capitale. D'autant plus que pour l'instant, plus de 60 % des voitures roulent trop vite.

Déjà lu?