"Me voici la proie d'un affabulateur obsessionnel": Jeremstar réagit et se défend sur la plainte pour "viol sur mineur"

Toujours dans la tourmente, Jeremstar a posté, dans la nuit de mardi à mercredi, un nouveau communiqué sur ses comptes Facebook, Instagram et Twitter. Le deuxième en six jours. Dedans, il rejette à nouveau tous les faits qui lui sont reprochés et assure que "le JeremstarGate n'existe pas". Il annonce également qu'il a pris "des mesures drastiques".

"Ce soir, je souhaite m'adresser aux personnes qui me suivent et qui s'interrogent sur mon silence. J'aimerais leur dire à quel point je suis choqué. Je voudrais qu'elles sachent combien ma peine et ma révolte sont immenses". Moins d'une semaine après sa première réaction, via un communiqué long de deux pages, Jeremstar donne de ses nouvelles pour la deuxième fois à toute sa communauté de Jeremstarlettes.

Pour rappel, la star des réseaux sociaux est dans la tourmente depuis que le blogueur Aqababe a posté la semaine dernière sur Snapchat une vidéo de lui se masturbant puis continué à balancer des dossiers lourds l'accusant d'être lié à des histoires de harcèlement sexuel sur des mineurs et de réseau de prostitution. Soi-disant pour se venger d'une "crasse" que Jeremstar lui aurait faite par le passé. Depuis, un véritable #JeremstarGate s'est ouvert, des blogueurs et stars de la télé réalité mettant leur grain de sel en l'accusant d'autres faits. Mais dans l'histoire, c'est surtout son principal acolyte Pascal Cardonna, aka Babybel, qui est concerné, lequel promettait une rencontre avec la star de Snapchat pour amadouer ses victimes. D'ailleurs, ce lundi, un jeune homme a porté plainte pour "viol sur mineur" contre ce fameux Babybel. Une nouvelle affaire qui contredit les premières explications et excuses de Jeremstar et qui l'enfonce un peu plus lui et Babybel.

"Dénonciation calomnieuse et diffamation"

Pourtant, le Français aux 800.000 abonnés sur Snapchat, 1 million de followers sur Twitter et 2 millions d'abonnés sur Instagram assure toujours dans son nouveau communiqué avoir été "la victime d'un cyber-agresseur en mal de notoriété" et être désormais "la proie d'un affabulateur obsessionnel". Il a donc décidé de répondre à cette nouvelle plainte en attaquant le jeune homme en question (Annoir Sinnaour) pour "dénonciation calomnieuse et diffamation".

Il affirme être "innocent" dans chaque fait et seulement "coupable" d'avoir "eu le malheur de connaître Pascal Cardonna". Il déplore d'être "trop vite jugé par une foule numérique qui se réjouit de 'preuves' qui ne l'incriminent jamais directement". Et donne sa version de l'histoire: il est le "bouc-émissaire de jeunes gens prêts à mentir aux forces de police pour gagner une semaine de gloire".

Il n'y a que "le CardonnaGate qui existe"

Du coup, il précise les mesures drastiques qu'il avait annoncées dans son premier communiqué: il "se désolidarise totalement de Pascal Cardonna" et s'engage "solennellement à aider la justice à soutenir les victimes" s'il s'avère que l'une des accusations à son encontre est juste.

Pour lui, "le JeremstarGate n'existe pas", il n'y a que "le CardonnaGate" qui existe. Mais c'est à la justice de se prononcer là-dessus, et il n'en cache pas sa hâte: "Je suis prisonnier d'une insupportable attente [...] celle qui me sépare du moment où mon point de vue sera enfin pris en compte." Jeremstar est arrivé à un point où il "compte les heures" avant son "prochain rendez-vous" avec les forces de l'ordre. Il n'attend qu'une chose: être entendu par un "tribunal professionnel" qui le "libérera sûrement des horreurs" qu'il ne "supporte plus entendre".

Tu peux lire son communiqué complet ici:

Déjà lu?