Tension entre le PS et le cdH à Bruxelles: le gouvernement va-t-il faire sa crise à retardement?

Juin 2017. Benoît Lutgen et le cdH désirent changer de majorité. Ils arrivent à leurs fins en Wallonie en se couplant au MR, mais cela bloque à Bruxelles faute de partenaires. La majorité PS-cdH, fragilisée, décide de poursuivre son action jusqu'aux élections de 2019. Mais le PS l'a toujours en travers de la gorge et attend le premier couac pour éjecter son partenaire. Il pourrait intervenir dans le dossiers des allocations familiales. Et c'est Laurette Onkelinx qui mène les troupes. 

"Ce n’est pas mon choix, mais il y en a marre!": c'est une Laurette Onkelinx remontée qui s'est adressée aux militants bruxellois lors des vœux de début d'année. La présidente de la fédération bruxelloise du PS en a ras-le-bol des tergiversations du cdH dans un dossier précis, celui des allocations familiales, toujours bloqué dans les méandres institutionnels.

"Je le dis clairement: s’il n’y a pas d’accord au gouvernement, il faudra que le travail se poursuive au parlement et qu’on vote, fut-ce avec une majorité alternative", a-t-elle expliqué. Il faut comprendre ici que le PS pourrait trouver d'autres partenaires pour arriver à ses fins sur un dossier qui lui tient à cœur.

PS, DéFi et Ecolo pour une majorité alternative?

Le PS en compagnie de DéFi et des partis flamands veulent un système permettant à tous les enfants de basculer dans le nouveau régime dès son entrée en vigueur, le 1er janvier 2019. Le cdH veut lui un régime qui consiste à faire basculer les enfants nés après l'entrée en vigueur de la réforme.

Aussi, le cdH désire un montant de départ plus élevé, sans compléments sociaux, comme il l'a introduit en Wallonie. Le PS veut lui ajuster le montant de départ en fonction "d'un correctif social". Dans le cas de la réforme du PS, un parent pauvre et seul recevrait plus. On parle d'un montant qui varierait de 145 euros à 190 euros selon les cas.

cdH isolé

Le cdH est plus que jamais isolé sur ce dossier. DéFi reste le partenaire privilégié du PS à Bruxelles qui n'oubliera pas le geste d'Olivier Maingain en juin dernier. C'est DéFi qui a sauvé la peau du PS à Bruxelles et le parti à la rose ne l'oubliera sans doute pas au moment de former des majorités lors des prochaines élections communales en octobre prochain.

Au niveau de la Région, le cdH est d'autant plus isolé qu'Ecolo, pourtant dans l'opposition, se montre en faveur de la réforme socialiste. Les Verts pourraient voter en faveur de la réforme si elle était présentée au Parlement. Hors de question pour Céline Frémault (cdH), ministre de tutelle, qui est montée au front ce matin sur la Première: “Il n’est pas question qu’une majorité alternative vienne s’imposer“.

La tension est donc plus que palpable au sein de l'exécutif bruxellois. Si le gouvernement tombe à plus d'un an des prochaines élections législatives (2019), difficile de prévoir les conséquences. Mais cela fera bouger les lignes jusqu'au sein des partis flamands de la capitale, avec Groen qui pourrait faire son entrée. Affaire à suivre.

Déjà lu?