Même avec le plan de stationnement de Pascal Smet (sp.a), c'est encore le bazar pour se garer à Bruxelles 

Fin 2016, Pascal Smet (sp.a) nous présentait un plan "homogène, simplifié et flexible" qui allait faciliter les problèmes de stationnement à Bruxelles. Mais un an après, il semble que le plan du ministre bruxellois de la Mobilité ne soit pas encore passé en application. Que s'est-il passé? Les communes traînent à adapter la nouvelle ordonnance au niveau local.

Parmi les nombreuses particularités de la vie à Bruxelles, l'on retrouve le stationnement en bordure de commune. Un petit détail qui fait qu'un propriétaire de voiture peut se manger une amende en garant son véhicule en face de son domicile. C'est le cas lorsque son côté de la rue est sous la juridiction d'une commune mais que l'autre côté appartient à une autre.

Dans la rue de Livourne par exemple, presque toutes les maisons avec un numéro pair sont sur le territoire de Bruxelles tandis que les impaires sont à Ixelles ou à Saint-Gilles. Sachant que garer sa voiture dans la capitale est souvent une réelle gageure et que la majorité des zones de stationnement sont payantes, vivre dans des endroits pareils et éviter les amendes peut dès lors devenir un véritable casse-tête. C'est pourquoi le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) avait proposé une solution en 2016: le stationnement en maillage.

Maillage?

Plutôt que de se garer dans les limites de sa commune, le Bruxellois aurait maintenant un périmètre de 1,5 km² autour de son domicile pour laisser sa voiture. Une idée excellente en théorie mais qui tarde un peu à pointer son nez. La raison: le logiciel permettant de créer le maillage qui définira les zones de stationnement n'est pas encore abouti et les communes n'ont pas encore adapté leurs règlements à la nouvelle législation.

"L'ordonnance de stationnement a été adoptée", nous confirme Marc Debont, porte-parole du ministre régional. "Dans cette ordonnance, il y avait une période de transition d'abord et ensuite, la possibilité avait été laissé aux communes de choisir entre l'organisation en maillage ou l'organisation du stationnement en zones uniques". En plus de cela, "l'agence de stationnement est encore en train de finaliser le modèle informatique permettant d'implémenter le processus de maillage. L'agence dispose du savoir et va le mettre à disposition des communes. Il devrait être finalisé dans les mois qui viennent". Tant que le logiciel n'est pas abouti, la coopération entre les 19 communes sera difficile.

Quand?

"Les communes ont déjà leur propre maillage qu'elles peuvent mettre en application mais dans la majorité, excepté une ou deux communes, elles ont décidé de rester dans un système de stationnement en zone fixe". Cela signifie que, pour le moment, les zones de stationnement à cheval sur plusieurs communes n'ont encore été mises en place.

Peut-on espérer voir le nouveau plan en maillage être adopté prochainement? Dans le courant de l'année 2018, nous promet Marc Debont. "Cette réglementation régionale doit encore être implémentée dans un Plan d'Action Communal de Stationnement (PACS) qui doit être lui-même voté et approuvé en conseil communal". En attendant que ce soit fait, les habitants des zones à cheval sur plusieurs communes vont devoir continuer de tourner à la recherche de la place sacrée ou jouer à cache-cache avec les employés de Parking Brussels.

Déjà lu?