"Des monstruosités grotesques": Jeremstar réagit enfin à la polémique et s'explique face à ses Jeremstarlettes en pleurs

Face à la polémique qui a éclaté mardi soir sur de sombres histoires de prostitution, harcèlement sexuel et attouchements sur des mineurs, Jeremstar a enfin réagi. La starlette des réseaux sociaux a posté un long communiqué de deux pages sur ses comptes Twitter, Instagram et Facebook. Dedans, des excuses, des explications et surtout un rejet catégorique de toutes les rumeurs sordides qui circulent autour de son nom.

"J'ai été profondément bouleversé par les événements qui se sont produits ces derniers jours. L'émotion qui m'a envahi m'a jusque-là réduit au silence. Je vous prie de bien vouloir m'en excuser". C'est avec ces mots que Jeremstar a d'abord tenu à se justifier de ne pas avoir réagi plus tôt à la polémique qui a éclaté mardi soir autour de sa personne. La starlette des réseaux sociaux a posté un long communiqué sur Facebook, Twitter et Instagram pour s'expliquer face à toutes les Jeremstarlettes au bord des larmes. En signant de son propre nom, Jérémy Gisclon.

Pour rappel, le Français aux 800.000 abonnés sur Snapchat, 1 million de followers sur Twitter et 2 millions d'abonnés sur Instagram, s'est fait piéger par le blogueur Aqababe, qui a balancé mardi soir sur Snapchat une vidéo de Jeremstar se masturbant. Si la vidéo a rapidement été supprimée et le compte Snapchat d'Aqababe fermé, ce dernier a continué à balancer de gros dossiers sur Twitter, tous ayant trait à du harcèlement sur des mineurs d'âge, avec témoignage à l'appui, et à de la prostitution. Soi-disant dans le but de se venger d'une "crasse" que Jeremstar lui aurait faite par le passé. Au fil des heures, d'autres blogueurs et stars de la télé réalité ont alimenté le feu de la polémique en balançant de nouvelles allégations. Depuis, les réseaux sociaux ne vibraient plus qu'au son des hashtags #JeremstarGate et #BalancetonBabybel. Mais c'était toujours silence radio du côté du principal intéressé, jusqu'à ce soir.

"J'ai pris les mesures nécessaires pour que Aqababe soit puni par la loi"

"Dans la nuit du 14 au 15 janvier, un internaute, manifestement en quête de notoriété, a rendu publique une vidéo intime de moi (...) J'ai conscience qu'une grande partir des personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux sont des mineurs, et le fait qu'un cyber-agresseur les ait exposées à des images aussi violentes m'est intolérable. Cet acte, au-delà d'être odieux, est répréhensible sur le plan pénal", déplore Jeremstar dans les premières lignes de son communiqué. Avant de confirmer qu'il a bien pris "les mesures nécessaires" pour que Aqababe "soit puni par la loi". Il a donc déposé plainte, et à la justice de trancher dans les semaines à venir.

"J'en étais encore à tenter de faire face à l'angoisse qu'occasionnait pour moi le fait d'être la proie d'un cyber-agresseur quand a été porté à mon attention le fait que de jeunes internautes avaient transmis des conversations qu'ils auraient eues avec un tiers nommément désigné, à savoir Pascal Cardonna, personnage que ma communauté de Jeremstarlettes connaît sous le surnom Babybel", poursuit-il. Sur cette affaire, il affirme qu'il en "ignorait absolument l'existence".

"Aussi gratuites que grotesques"

Mais il assure "avec la plus grande fermeté" qu'il n'a "jamais accepté et n'accepterait jamais que quiconque se prévale d'une quelconque proximité [avec lui] pour obtenir quoi que ce soit", tout en niant donc l'existence de "passe-droit" pour accéder à l'univers de Jeremstar. "L'idée que de jeunes gens, parce qu'ils ont de l'affection pour mon personnage public, puissent se trouver confrontés à des actes de prédation sexuelle m'horrifie", souligne-t-il d'ailleurs.

Quant à Babybel, il assure être "totalement étranger aux imputations dont il fait l'objet" et n'avoir "rien à voir avec sa vie privée". Jeremstar énonce alors toutes les "rumeurs" qu'il a découvertes sur sa personne au détour des réseaux sociaux et les nie "absolument, fermement et définitivement". Il les caractérise d'ailleurs de "gratuites" et "grotesques".

"Monstruosités non fondées"

Dans la suite de son texte, la starlette n'hésite pas à parler de "calomnies", "cyber-harcèlement" et "monstruosités non fondées", qui lui sont "difficiles à supporter". Puis, il se tourne vers sa communauté qu'il décrit comme "vulnérable" et "fragile" et qu'il se désole de n'avoir pu "les protéger" à la vue d'images et messages si violents.

Avant de condamner, à nouveau, fermement le harcèlement sexuel et inviter, au contraire, les victimes à "balancer leur porc", Jeremstar souhaite "renouveler l'amour infini" qu'il porte à toutes ses Jeremstarlettes. Il prend en compte les messages d'angoisse, de soutien et d'affection, tout en remerciant de "respecter la présomption d'innocence" et de "ne pas sauter à pieds joints dans l'effroyable piège du cyber-harcèlement".

En espérant que ce message calmera, pour le moment, le petit coeur brisé de ses fans...

Tu peux lire son communiqué en entier ici

Et voilà la seconde page

Déjà lu?