C'est reparti: les coursiers de Deliveroo lancent carrément une "grève générale" pour ce samedi

La direction de Deliveroo reste ferme sur sa décision de faire passer tous ses coursiers sous statut indépendant d'ici quelques jours. Après plusieurs mouvements de protestation organisés lundi et samedi dernier dans plusieurs villes de Belgique, le "Collectif des Coursier-e-s" a décidé de remettre ça. Encore plus fort, en lançant une "grève générale" pour ce samedi.

La date fatidique du 31 janvier se rapproche à grands pas. À partir de ce jour, les coursiers de Deliveroo seront tous contraints de passer sous statut indépendant. Leur contrat avec la SMart sera totalement rompu. Ce qui signifie concrètement pour eux: une rémunération horaire et non plus à la livraison, une perte de leur protection sociale, plus de frais à leur charge (tels que les frais de téléphone et de réparation de leur vélo) et une diminution de salaire de l'ordre de 30 à 40 %. Des conditions de travail qu'ils ne veulent tout simplement pas accepter.

Après un premier mouvement de grogne lundi dernier à Ixelles, les coursiers ont continué le samedi avec une opération "ZÉRO commande" encore à Ixelles, mais aussi dans le centre de Bruxelles, à Liège et au nord du pays à Gand, Malines et Anvers. Hélas, ces manifestations n'ont pas suffi à faire revenir la direction sur sa décision. En conséquence, le Collectif des Coursier-e-s/KoeriersKollectief, qui rassemble et soutient la plupart des travailleurs réguliers de la compagnie en Belgique, a décidé de lancer carrément une "grève générale".

"Non, on ne base pas son business plan sur l'esclavagisme"

Le Collectif appelle donc tous les coursiers à une mobilisation commune, via un événement Facebook créé il y a quelques heures. "L'étau se resserre autour du grand esclavagiste, nous avons besoin de vous", annonce le Collectif sur la page de description, tout en précisant que la grève aura lieu ce samedi 20 janvier à 18 heures au croisement de la rue du Bailli et de l'avenue Louise à Ixelles.

Un message fort est, encore une fois, envoyé à la direction, après maintes rencontres avec les responsables du Collectif par mail, téléphone et en vis-à-vis. "Deliveroo... les clients, les restaurants, les coursiers, la presse, les politiques, les partenaires, l'opinion générale... Plus personne ne croit en toi. Où est donc passé le kangourou gentil et heureux? Il est temps de redevenir sérieux. Non, on ne base pas son business plan sur l'esclavagisme. Les coursier.e.s sont l'essence même de ton service, tu dois les prendre en compte et les respecter. GAME OVER", écrit ainsi le Collectif sur l'événement.

Pour "en finir avec ce jeu de précarisation", le Collectif appelle les coursiers de toutes les zones couvertes par Deliveroo à ne plus livrer de commandes. Et il propose même un petit jeu aux travailleurs: "Par équipe, récoltez un maximum de points par déconnexion de tablette et par signatures de soutien". Il demande également aux restaurateurs partenaires de se retirer de l'application. Attends-toi donc à ce que l'app soit hors d'usage un peu partout. À l'instar de samedi dernier, le Collectif t'invite d'ailleurs à cuisiner plutôt que de commander un plat, et ce à travers le hashtag #OnVaCuisiner.

Une "caisse de solidarité" en ligne

Enfin, le Collectif met également en place une "caisse de solidarité" en ligne, grâce à laquelle tous les grévistes pourront être indemnisés du changement de statut et de contrat qui leur sera bientôt imposé. Des caisses seront placées, à cet effet, un peu partout sur les lieux qui soutiendront la grève. Tu peux donc toi aussi soutenir financièrement les coursiers en participant à la cagnotte.

Il reste un seul espoir: le Collectif doit rencontrer une dernière fois la direction ce vendredi. Si elle ne daigne toujours pas changer son fusil d'épaule, la grève générale aura bien lieu. À l'heure d'écrire ces lignes, l'événement compte déjà 39 "participants" et 123 "intéressés", mais les chiffres ne cessent de monter. Autant dire que ça risque d'être le bazar si tu veux te commander une pizza ou des sushis. Te voilà prévenu.

Déjà lu?