La diplomatie de la glisse: voici pourquoi les deux Corées défileront sous le même drapeau pour les JO d'hiver

On connaissait la diplomatie du ping-pong, moins celle du bobsleigh. Pourtant, Corée du Sud et Corée du Nord pourraient partager le même embarquement lors des prochains JO d'hiver en... Corée du Sud. Mieux: les deux pays vont défiler sous la même bannière. Une situation impensable il y a encore quelques semaines.

C'est officiel. Corée du Nord et Corée du Sud défileront sous le même drapeau lors de la cérémonie des JO d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud. Une déclaration vient d'être diffusée ce mercredi par le ministère sud-coréen de l'Unification.

Cool Rasta

Des négociations sont en cours depuis plusieurs jours. Elles ont finalement abouti sur un accord qui comprend aussi une équipe féminine de hockey sur glace mixte. Par ailleurs, les pourparlers se poursuivent afin de mettre quatre athlètes des deux Corées dans le même bobsleigh (les Jamaïcains aiment ça!). L'idée vient du président de la Fédération internationale de bobsleigh et skeleton (IBSF) et est prise très au sérieux. Le bobsleigh ne pourrait évidemment pas participer aux courses officielles, mais ici, on est clairement dans le symbole. La décision finale revient au CIO (Comité Olympique International) qui doit se prononcer le 20 janvier.

Mais pourquoi cet apaisement soudain entre les deux nations? Les tensions étaient pourtant vives il y a encore quelques semaines et l'escalade faisait craindre le pire. C'est justement dans ce cadre-là que les deux Corées ont pu renouer le dialogue. Et Donald Trump n'y est pas étranger, malgré lui.

En mettant une forte pression sur la Corée du Nord, le président américain a fortement tendu la situation. Ses deux alliés dans la région, le Japon et la Corée du Sud, ont plusieurs fois tenté de calmer le jeu face aux 20 tests de missiles balistiques, aux 2 tests de missiles intercontinentaux et à l'explosion nucléaire de 100 kilotonnes. Trump a beau provoquer et jouer les gros bras, c'est beaucoup plus facile quand vous n’êtes pas en première ligne. Corée du Sud et Japon ont envoyé certains signaux pour apaiser la situation.

Les JO? Un prétexte

Mais on doit aussi ce réchauffement des relations à la Corée du Nord. Le jour du Nouvel An, Kim Jong-un en personne a évoqué la participation aux Jeux olympiques de son pays à Pyeongchang. Ce à quoi la Corée du Sud a répondu favorablement.

Cette dernière tente même d'aller plus loin. Elle veut profiter des JO comme porte d'entrée pour d'autres dossiers chauds. Notamment la réunion des familles éclatées dans les deux Corées, une problématique hyper importante, mais aussi très sensible, pour les Coréens. Elle est le fruit de nombreux enlèvements qui ont suivi la Guerre de Corée (1950-53), en période de Guerre froide. On estime ainsi à 4.000 le nombre de Sud-Coréens, essentiellement des pêcheurs, enlevés par le régime de Pyongyang. Ils ont petit à petit pu retrouver leur famille avant un gel des retours en 2015. Toutes les formes de communications ayant été coupées.

Mais quelle est la stratégie de la Corée du Nord derrière tout ça? Kim Jong-un rêve de normaliser les relations de son pays, une fois qu'il en aura assuré la sécurité. C'est d'ailleurs son argument depuis toujours: il veut se doter de l'arme nucléaire comme assurance-vie face aux agresseurs américains.

C'est aussi tout le dilemme pour la communauté internationale. Comment garantir une cohabitation pacifique tout en sauvegardant les grands principes du droit international: non-prolifération et contrôle des armements? Vous réglez probablement le conflit en permettant à la Corée du Nord de devenir une puissance nucléaire, mais personne, pour l'instant, ne veut en entendre parler.

Déjà lu?