Tout miser sur "une crise de nerfs" de Macron: voilà le but que Marine Le Pen devait atteindre au débat présidentiel

Mauvaise semaine pour Marine Le Pen, BuzzFeed News et Mediapart ont réussi à mettre la main sur une note écrite par Damien Philippot, le frère de Florian et conseiller de la candidate frontiste pendant l'élection présidentielle. Dedans, il lui donne de précieux conseils pour se préparer au débat de l'entre-deux-tours, mais qui sont plutôt interpellants.

Si tu étais devant ta télévision le 3 mai 2017, tu dois certainement te souvenir encore du débat de l'entre-deux-tours qui confrontait les deux candidats à l'élection présidentielle française: Marine Le Pen et Emmanuel Macron. L'ambiance était électrique, les vieux dossiers sur l'un et l'autre ressortaient et les injures volaient. C'était à se demander si la candidate du Front National n'était pas venue juste pour défoncer son rival, finalement élu président de la République quatre jours plus tard.

Huit mois plus tard, BuzzFeed News et Mediapart révèlent qu'il s'agissait bien de l'objectif poursuivi par Marine. Les deux sites d'informations ont réussi à se procurer une série de documents internes confidentiels dont deux notes censées préparer la candidat frontiste au débat final. La première est signée par Damien Philippot, le frère de Florian (ex-numéro 2 du FN) et ancien sondeur à l'Ifop. Dedans, il conseille à Marine d'attaquer Macron par tous les moyens, pour pallier son manque de préparation. La deuxième note lui suggère d'évoquer une fake news sur le "compte offshore" de son rival centriste. Pas joli.

"L'objectif est de dégrader l'image de Macron"

Et les mots que Damien Philippot emploient dans sa note sont particulièrement interpellants. Selon lui, "l'objectif [du débat] est de dégrader l’image de Macron, quitte à perdre en crédibilité, pour pousser des gens dans l’abstention" et de provoquer "une crise de nerfs" de son adversaire d'En Marche!. Carrément.

La présidente du Front National avait également comme consigne de sourire un maximum pour pousser Macron à "s'énerver et à se montrer arrogant". D'ailleurs, "si le débat est électrique, nous avons moins à perdre que lui [ndlr: Emmanuel Macron], et donc nous gagnons des %", souligne le document de préparation au débat.

Ne pas être trop "technique"

En conséquence, presque tous les scénarios étaient envisagés. Par exemple, si Macron venait à péter un câble, Marine ne devait surtout "pas répondre en riant ou en se réjouissant, parce que les gens n’aiment pas qu’on donne l’impression d’être fier d’un coup". À ce moment, "il faut, au contraire, prendre une mine inquiète, concernée, pour accompagner les Français dans leur interrogation".

Autre conseil, Marine ne devait pas non plus se montrer trop "technique", face à "un technocrate pur sucre" qui "sera toujours meilleur sur le plan technique". Le texte met donc clairement en lumière l'amateurisme du Front national et leur tentative (échouée) de manipuler l'opinion pour l'emporter. Mais de son côté, Damien Philippot, contacté par Mediapart, assure ne pas se souvenir de cette fiche.

Hélas pour Marine et sa team, ces consignes n'ont pas servi à grand-chose. Malgré son énervement perceptible, Emmanuel Macron ne s'est pas mis en colère. En tout cas pas assez pour qu'il paraisse "arrogant" aux yeux des Français, puisque c'est finalement lui qui est ressorti vainqueur du débat et du dernier tour des élections.

Bien essayé.

Déjà lu?