Dieudonné fout encore le malaise: il a écrit une lettre à Salah Abdeslam dans l'espoir de le rencontrer

Salah Abdeslam a reçu un courrier un peu particulier en prison: celui de Dieudonné qui lui demande de le rencontrer personnellement afin de mieux comprendre son état d'esprit.  L'humoriste voulait se servir de cette rencontre pour écrire un livre dont le titre serait "Comment arrêter les attentats en France", mais sa demande a été refusée.

L'humoriste controversé a adressé une lettre à Salah Abdeslam en octobre dernier à Fleury-Mérogis, où il est détenu depuis le 27 avril dernier, dans laquelle il lui demande de le rencontrer. Dieudonné justifie sa démarche en expliquant à Salah Abdeslam qu'il travaille sur un ouvrage intitulé "Comment arrêter les attentats en France?". Pour ce faire, l'humoriste aurait besoin du témoignage du seul survivant du funeste commando des attentats du 13 novembre.

Comprendre son état d'esprit

"Nous ne voulons pas parler des actes qui vous sont reprochés. Ce qui nous intéresse, c'est de comprendre votre état d'esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir", peut-on lire dans le courrier signé de la main de Dieudonné. Pour appuyer sa demande, Dieudonné a d'ailleurs rappelé à Salah Abdeslam qu'il avait été lui-même condamné pour apologie d'acte de terrorisme. Il avait en effet écopé d'une peine de deux mois d'emprisonnement avec sursis et d'une amende de 10.000 euros.

Une demande rejetée

L'humoriste a bien entendu mis les formes et sorti ses meilleurs arguments pour tenter de convaincre son interlocuteur de le rencontrer sauf que cette rencontre n'aura finalement pas lieu, la justice ayant rejetée sa demande.

Révolté

En fait, sa lettre a posé un grand problème à Me Gérard Chemla, l'avocat de plusieurs victimes des attentats du 13 novembre. Selon lui, "il y a une inversion des valeurs. L’humoriste présente le terroriste comme une victime de la société en état de légitime défense. À partir de cette analyse, on peut tout légitimer." Pour l'avocat de l'humoriste, Me Jacques Verdier, "il ne s’agit pas du tout d’une provocation ni d’une quelconque sympathie pour le terrorisme. Il y a une volonté de comprendre le moteur qui a conduit à ces actes. C’est un travail de construction que M. Dieudonné effectue avec deux psychothérapeutes."

Mais à en lire les mots de Dieudonné, difficile de croire en ce dernier argument: "L'attentat a pour but d'envoyer un message fort qu'on ne peut transmettre autrement. C'est en tout cas comme ça que nous le comprenons. En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde."

Déjà lu?