Quelle crise? Charles Michel (MR) reçoit une standing ovation lors des vœux de l'Open VLD

Tout va toujours très vite en politique. Sous haute pression la semaine dernière, le gouvernement fédéral, et particulièrement Charles Michel, resserrent les rangs. C'était le cas ce samedi lors des vœux de la N-VA. Ca l'est de nouveau ce lundi soir pour ceux de l'Open VLD. 

Ce week-end dans La Libre Belgique, Charles Michel a tenté de désamorcer la crise de la semaine dernière. Il a rappelé que "personne n'est intouchable, pas même Theo Francken". Charles Michel a une nouvelle fois défendu la politique migratoire de la Belgique et a fustigé l'opposition, déchaînée pour critiquer, moins bavarde pour apporter "des alternatives".

Le Premier a également pu compter sur ses propres troupes. Sophie Wilmès, ministre du Budget et généralement timide dans les médias, est montée au front sur La Première. Elle a qualifié de "libéral" le programme politique mené par le gouvernement Michel sans être "celui de la N-VA".

Partout, le mot d'ordre est à l'unité. Ça vaut aussi pour les autres partenaires de la coalition. Ce samedi, Charles Michel a reçu une salve d'applaudissements lors des vœux traditionnels de la N-VA à Malines. Bart De Wever a veillé à le mentionner dans son discours, sans oublier, évidemment, de soutenir son secrétaire d'Etat, Theo Francken.

Des mots qui réconfortent

Ce lundi soir, rebelote. Enfin non, mieux. Le Premier ministre était présent lors des vœux de l'Open VLD et a reçu une véritable standing ovation. Les deux partis libéraux du pays sont connus pour bien s'entendre, mais les mots employés ont dû toucher Charles Michel. Gwendolyn Rutten était "particulièrement fier d'un homme qui a su prendre un risque il y a quatre ans, leader de notre gouvernement, notre Premier ministre."

Quelques minutes avant cela, Charles Michel était accueilli par un: "L'homme le plus populaire du pays est avec nous!". Quelque peu exagéré: s'il est souvent plébiscité en Flandre, c'est un peu moins le cas à Bruxelles (3e ex æquo) et beaucoup moins en Wallonie (5e ex æquo).

Reste que cette relative accalmie doit lui faire le plus grand bien. Avant un retour aux choses sérieuses dans le dossier du pacte énergétique, le véritable point de divergence entre la N-VA et le MR.

Déjà lu?