Benjamin Maréchal n'a pas survécu à la dernière polémique: il dit bye-bye à "C'est vous qui le dites"

Benjamin Maréchal a annoncé ce lundi matin qu'il quittait l'émission "C'est vous qui le dites". Après une énième polémique la semaine dernière, l'animateur a annoncé qu'il voulait "retrouver (sa) liberté" et qu'il allait travailler sur un nouveau projet avec la RTBF. C'est Cyril Detaeye qui le remplacera à la tête de l'émission de VivaCité.

Tu n'entendras plus la voix de Benjamin Maréchal tous les matins sur VivaCité. Visé à nouveau par une polémique, l'animateur a jeté l'éponge et va laisser son émission C'est vous qui le dites à

Cyril Detaeye.

"Retrouver la vraie liberté"

"La notoriété je l'avais, les plus fortes audiences, le succès à tout prix, alimenter Facebook, alimenter la presse, lire des vérités, lire des mensonges, on ne m'a parfois pas compris, j'ai parfois fauté comme tout le monde. Être au cœur du système, au cœur du réacteur et avoir un statut de vedette. Tout cela est grisant mais dans le fond ça n'a jamais été mon objectif. Tout ça pour moi n'a pas beaucoup d'importance. Ce qui a de l'importance pour moi, et c'est pour ça que je vous parle ce matin, c'est de retrouver la vraie liberté, celle qui permet d'être libre de son chemin", a-t-il expliqué dans un long monologue au début de son émission.

Il a avoué qu'il avait déjà demandé à la RTBF de quitter son émission cet été, puis à nouveau en janvier. Il a cette fois été entendu. "Aujourd'hui, je décide donc de m'arrêter. La RTBF m'a proposé un nouveau projet, un super truc, j'y ai réfléchi. Mais avec l'arrivée d'un enfant dans ma vie et avec la surcharge de travail que cela induisait, j'ai décidé de dire stop pour sortir des contraintes de la quotidienne. Loin des petites phrases, pour enfin bosser à ce que sera cette radio demain", a-t-il ajouté.

Peut-on jouir pendant un viol?

Cette annonce n'est pas vraiment une surprise alors que Benjamin Maréchal était à nouveau sous le feu des critiques depuis vendredi dernier et un débat sur le viol dans son émission. Son débat sur "Peut-on jouir pendant un viol" a choqué et les critiques ont fusé de tous les côtés. "C’est intolérable d’aborder un sujet aussi sensible et grave de cette manière. Ce n’est pas acceptable pour un média de service public", avait notamment tweeté le ministre wallon de l’Enseignement supérieur et des médias Jean-Claude Marcourt, assurant qu'il allait demander des explications à la RTBF pour cette émission. Le CSA a également reçu un nombre "exceptionnel" de plaintes suite à ce débat polémique...

Cette émission a-t-elle pu précipiter son départ? C'est bien possible, même si l'animateur ne l'a pas avoué. "Vous avez, vous et les intervenants, recadré le débat en disant que le viol est une terrible épreuve, un crime punit par la loi. Cependant le sujet a heurté la sensibilité de beaucoup de personnes et choqué certaines. C'est la raison pour laquelle la RTBF a présenté ses excuses, pour avoir pu choquer. Le but n'était pas de choquer sur une thématique aussi sensible", a-t-il tout simplement ajouté à ce sujet.

C'est désormais Cyril Detaeye qui aura la pression: succéder à Benjamin Maréchal à la tête de l'une des émissions les plus écoutées de Belgique, ce ne sera pas une partie de plaisir...

Pour (re)voir l'annonce du départ de Benjamin Maréchal en vidéo, c'est ici:

Déjà lu?