Il n'y aura pas de nouvelle centrale nucléaire mais la crise énergétique est loin d'être finie

Non, une nouvelle centrale nucléaire ne sera pas construite en Belgique, a confirmé le Premier ministre Charles Michel vendredi. Mais une étude a bien été réalisée pour estimer le coût d'un tel projet afin de démontrer que c'est irréalisable. Preuve que la sortie du nucléaire est loin d'être encore un projet concret.

2025, la Belgique est débarrassée de ses centrales nucléaires et toute l'énergie qui alimente les foyers du plat pays provient de sources alternatives comme les éoliennes, les panneaux solaires ou encore les centrales au gaz. Voici donc l'utopie rêvée par le pacte énergétique sur lequel les quatre ministres de l'Énergie s'étaient mis d'accord.

Mais la réalité est plus complexe. La FEB, Engie et une grosse partie de la N-VA avancent que cette sortie est irréalisable. Le président de la N-VA Bart De Wever juge que cette question devrait même être reportée à 2019, qu'il est trop tôt pour chercher des solutions. L'opposition, Ecolo en tête, est scandalisée par ce refus d'abandonner le nucléaire et c'est dans ce contexte là qu'a surgi le scénario d'une nouvelle centrale. Alors que tout le monde parle de fermeture, le gouvernement plancherait sur l'agrandissement du parc nucléaire? Serait-il tombé sur la tête?

Purement théorique

"Le scénario de la construction d’une nouvelle centrale nucléaire en 2040 est purement théorique", a confié au Soir la ministre fédérale de l 'Énergie Marie-Christine Marghem (MR). L'étude a été commandée au professeur Johan Albrecht de l’université de Gand et au Bureau du plan par le gouvernement fédéral.

Même son de cloche du côté du président des libéraux. "Il n’est pas question de construire une nouvelle centrale nucléaire. Mais le chiffrage nous permettra de démontrer que c’est impayable", a déclaré Olivier Chastel à la RTBF. Même le Premier ministre a tenu à mettre les points sur les I: "Il n’est pas question de sortir du cadre de l’accord de gouvernement", a confirmé Charles Michel vendredi lors d'un point presse.

Ecolo réagit

Alors, pourquoi tout ce stress? Dans le programme électoral de 2014 de la N-VA, le parti clairement à la tête de la Belgique actuellement, on trouvait la construction d'une nouvelle centrale. Même si le parti flamand a ensuite signé pour la sortie du nucléaire, le fait que ce scénario revienne alors que le pacte énergétique semblait acquis fait douter de la solidité de ce dernier. Plusieurs acteurs politiques doivent encore être convaincus par ce projet et pour le moment, ça semble loin d'être le cas.

Ces tergiversations énervent Ecolo. "La Belgique mérite mieux qu'une sempiternelle hésitation et il est temps de fixer un cap clair", écrit le parti dans un communiqué. "Tout est à portée de main. Les scénarios permettant de sortir du nucléaire dans le cadre d'une transition énergétique sont sur la table du Gouvernement. Il ne manque plus que le courage de la décision," conclut le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre Jean-Marc Nollet.

Déjà lu?