Le coup de pression de Bart De Wever: "Si Theo Francken doit démissionner, la N-VA se retirera du gouvernement"

Bart De Wever et la N-VA sont prêts à replonger la Belgique dans une crise politique pour sauver Theo Francken. Toujours pointé du doigt après l'expulsion de migrants soudanais, le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations peut compter sur le soutien de son parti: la N-VA quittera le gouvernement si Francken est poussé vers la sortie, a prévenu Bart De Wever. Ambiance...

Fini de rire pour la N-VA et Bart De Wever. Le président du parti flamand avait préféré jouer l'ironie il y a quelques jours pour défendre Theo Francken, toujours englué dans le dossier explosif des Soudanais. Mais cette fois, il a clairement brandi la menace d'une nouvelle crise politique de grande ampleur en annonçant que si la démission du secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations était réclamée par la majorité, la N-VA quitterait le gouvernement.

"Un gouvernement avec Francken ou sans la N-VA"

"C'est un gouvernement avec Theo Francken, ou un gouvernement sans la N-VA. Si on demande à Theo Francken de démissionner, la N-VA se retirera du gouvernement. Je tiens à être très clair à ce sujet. Je soutiens Theo et je ne vais pas le laisser tomber. En aucun cas", a déclaré Bart De Wever sur VTM ce dimanche.

Bart De Wever en profite pour soutenir à nouveau Theo Francken ("Je ne doute pas de lui. Ni aujourd'hui, ni demain"), assurant qu'il a pris les bonnes décisions concernant l'expulsion des migrants soudanais: "Ce n'est pas un travail facile dans une compétence très difficile. C'est aussi une compétence humaine difficile. Mais quelqu'un devrait le faire et oser le faire. Si vous faites simplement votre travail et que vous êtes fusillé dans le dos par votre propre majorité, sans qu'il soit clair que vous ayez fait une erreur, ce n'est pas possible".

La balle est désormais dans le camp de Charles Michel. Le Premier ministre a récemment défendu Theo Francken via un long message sur Facebook. Mais ça n'a pas suffi à calmer le jeu autour du secrétaire d’État, dont la démission est toujours réclamée de tous les côtés. Charles Michel est désormais prévenu: il sait ce qui l'attend s'il décidé finalement de faire sans Theo Francken dans son gouvernement...

Déjà lu?