L'année 2018 marquera-t-elle un tournant? La Corée du Nord accepte d'ouvrir le dialogue avec la Corée du Sud

La Corée du Nord a accepté la proposition de dialogue proposée par la Corée du Sud. La rencontre aura lieu le 9 janvier, soit un mois avant les Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang. Les deux Corées vont se retrouver à Panmunjom, le village où a été signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée qui a duré trois ans (1950-1953).

Cela faisait deux ans que les relations se dégradaient fortement entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Avec les trois essais nucléaires et les multiples essais de lancer de missiles de la part de la Corée du Nord, il y avait un climat plus que tendu entre les deux parties de l'île.

Mais maintenant, place au changement et au progrès. Il semblerait que le leader nord-coréen soit ouvert à la discussion. Lundi, la Corée du Nord a tendu la main à la Corée du Sud en proposant de discuter en vue de faire la paix. Résultat? Séoul a proposé comme date le mardi 9 janvier et la Corée du Nord vient d'accepter. C'est-ce qu'a annoncé le ministère sud-coréen de l'Unification à l'AFP.

Le porte-parole du ministère de l'Unification, Baek Tae-Hyun, a déclaré que les discussions porteront sur les Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang. Ils discuteront aussi la question cruciale de "l'amélioration des relations intercoréennes". Cela fait trois ans que les deux Corées ne se sont pas rencontrées afin de discuter face à face. En effet, la dernière rencontre date de 2015.

Rencontre à Panmunjom

La rencontre se fera à Panmunjom, le village frontalier où a été signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée qui a duré trois ans (de 1950 à 1953).

On ne sait pas encore qui sera présent lors des discussions. Il ne reste plus qu'à espérer que les relations s'améliorent suite à cette rencontre, ou du moins se stabilisent. Le président sud-coréen, Moon Jae-in, a déclaré récemment que les Jeux olympiques d'hiver sont une "chance sans précédent" afin d'améliorer les relations entre les deux Corées qui sont toujours en guerre.

Mais tout le monde n'est pas de cet avis. Le Secrétaire à la Défense américain James Mattis a déclaré que cet accord était le simple résultat d'une pression "internationale". Le ministre de la Défense japonais, Itsunori Onodera, a quant à lui annoncé qu'il préférait rester "vigilant" et que la Corée du Nord continuera probablement son programme nucléaire. C'est ce que rapporte la BBC. Et il ne faut pas oublier non plus que Kim Jong-un a répété dans son invitation que son pays est désormais un État nucléaire à part entière et qu'il a en permanence à portée de main le "bouton nucléaire".

Déjà lu?