Donald Trump a un nouvel ennemi: son ancien conseiller Steve Bannon, avec qui la guerre est déclarée

Rien ne va plus entre Donald et son ancien conseiller Steve Bannon. Ce dernier a accusé le fils du président américain de "trahison" pour son rôle dans le dossier russe. Ce à quoi Trump a répliqué en tentant de faire passer Bannon pour un fou. Ambiance...

Steve Bannon se laisse aller à des confidences explosives sur le "inner circle" (le cercle des proches du président) dans le livre Fire and Fury de Michael Wolff, qui sera publié la semaine prochaine. The Guardian a pu se procurer l’ouvrage et en a publié mercredi un certain nombre de citations particulièrement croustillantes, provenant toutes de Bannon, ancien super conseiller de Turmp retourné travailler pour le site d’alt-right Breitbart après avoir été dégagé de la Maison-Blanche dans la foulée des évènements de Charlotesville.

Trump junior le traitre

Dans ce livre, Bannon revient notamment sur la fameuse rencontre de la Trump Tower entre le fils du président et un groupe de Russes au cours de la campagne présidentielle américaine de 2016. Une réunion "antipatriotique" selon lui, allant même jusqu'à évoquer "la trahison" de Trump junior.

"Les trois responsables de la campagne ont pensé que ce serait une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger à l’intérieur de la Trump Tower dans la salle de conférence du 25e étage sans avocats. Ils n’avaient pas d’avocats. Même si vous pensez que ce n’était pas de la trahison, ou antipatriotique, ou quelque chose de mal, et il se trouve que je pense que c’est tout cela à la fois, vous auriez dû appeler le FBI immédiatement". Ambiance...

Pour Bannon, Jared Kushner, le gendre de Trump, est aussi "dans la merde": "Le mois dernier, on a rapporté que les procureurs fédéraux avaient réclamé des informations financières à la Deutsche Bank. La banque allemande a prêté des centaines de millions de dollars à l’empire immobilier Kushner. (...) Ils vont passer le rouleau compresseur sur ces deux gars-là [Kushner et Donald Trump Jr., ndlr] et leur dire 'ou vous coopérez avec nous, ou tout est fini pour vous'."

Pour Bannon, c'est bien simple: Trump et ses proches "sont assis sur une plage et ils tentent de stopper un ouragan de force 5". Des attaques violentes, qui ont sérieusement énervé le président américain.

"Bannon a perdu son esprit"

La réplique de Donald Trump ne s'est pas fait attendre. "Bannon n'a rien à voir avec moi, ni avec la présidence. Quand il a été limogé, il a non seulement perdu son emploi, mais aussi son esprit", a balancé le président américain, toujours aussi classe.

"Maintenant qu’il est seul, Steve commence à apprendre que gagner n’est pas aussi facile que cela semble l’être avec moi. Steve n’a quasiment rien à voir avec notre victoire historique, qui a été fournie par les hommes et les femmes oubliés de ce pays. En revanche, Steve est totalement responsable de la perte d'un siège au Sénat en Alabama, qui était tenu depuis 30 ans par les républicains. Steve ne représente pas ma base - il n’y a que lui qui compte pour lui."

Bannon appréciera. La guerre semble déclarée entre eux. En s'attaquant de la sorte à une figure de l'extrême-droite, Trump prend aussi le risque de se couper d'une base de son électorat et de ses soutiens. Mais le président américain n'a pas pour habitude de garder son calme quand on l'attaque directement...

Déjà lu?