"Il n'y a pas de lien véritable entre les épisodes": le créateur de Black Mirror vient briser toutes les théories sur la série

CA Y EST! La saison 4 de Black Mirror est sortie! Après des mois à l'attendre, les spéculations sur la série ont jailli de toutes parts et dans tous les sens. Les fans sont toujours à la recherche de fameux "easter eggs" qui viendraient appuyer leur théorie selon laquelle: TOUS les épisodes se passeraient dans le même univers. Désolé de vous décevoir mais il n'en est rien! Et voici pourquoi.

Immortalit virtuelle, puce dans le cerveau, robots tueurs, dictature des réseaux sociaux...les thèmes abordés dans Black Mirror n'ont qu'une seule chose en commun: leur univers dystopyque plus flippant et affolant que jamais. Voilà tout! Pour le reste, Charlie Brooker, le créateur de la série, affirme que les fans se trompent: "Il n'y a pas de lien véritable entre les épisodes", précise-il au Huffington Post.

Pas de références cachées

Même si il reconnaît parfois créer "une connexion explicite, pour perturber les gens", les épisodes n'appartiennent pas au même univers contrairement à ce que les théories suggèrent. Plus la peine donc de se fatiguer à chercher des références cachées (les fameux easter eggs) dans chaque épisode, elles ne sont là que par pur hasard. Charlie Brooker est clair et net à ce sujet: "Je ne me préoccupe pas du tout d'ancrer toutes ces histoires dans un même univers." Les fans qui ont mis sur pied la "vraie" chronologie des épisodes vont enfin comprendre qu'ils ont perdu leur temps...

Allusion à son vécu

En revanche, si sa volonté n'est pas de lier les épisodes entre eux, il avoue cependant y glisser certaines allusions dont on ne se douterait pas.

Par exemple, dans le tout premier épisode de la saison 1, avec le Premier Ministre du Royaume-Uni, il avait simplement en tête de réaliser une espèce de parodie de 24 heures chrono: "C'est de là que je suis parti. Je m'imaginais presque en train d'écrire l'épisode de 24 le plus étrange qu'on puisse imaginer... Et plus on avance, plus ça part dans le surréaliste."

Un humour noir

Un autre exemple de ce genre de référence se retrouve dans l'épisode Playtest de la saison 3.

L'idée de cet épisode où un voyageur accepte de tester un jeu vidéo pour pouvoir continuer à voyager, lui est venu d'une critique d'une journaliste: elle avait listé de faux épisodes aux résumés caricaturaux où elle ironisait sur la suite "possible de la série (ça vaut d'ailleurs le coup d'y jeter un oeil).

Charlie Brooker a trouvé ça tellement hilarant qu'il a décidé de se baser sur un de ses résumés pour produire cet épisode.

Des caricatures

Pour Be Right Back, l'épisode 1 de la saison 2, qui traite de la perte d'un être cher et de l'usage des réseaux sociaux, il s'est aussi basé sur son vécu pour écrire le scénario.

A l'époque, il venait d'avoir un bébé avec sa femme et l'essentiel de ses contacts se faisaient via les réseaux sociaux.

Parallèlement, il s'est également rendu compte qu'il avait conservé le numéro de téléphone d'une personne qui était décédée. Bref, cela a donné un autre épisode complètement fou où les morts deviendraient des logiciels pourvu d'intelligence artificielle pour continuer à communiquer avec les vivants.

La technologie sous tous les points de vue

Tu l'auras compris, les talents de l'émission Hot Shot qui doivent pédaler pour gagner des "mérites" ne vivent pas forcément dans le même monde que ceux pour qui les réseaux sociaux sont indispensables pour pouvoir se faire sa place dans la société par exemple. Ils font juste parti du même monde onirique!

Déjà lu?