Il fait -40 degrés aux États-Unis: l'occasion pour Trump de rigoler (encore) avec le réchauffement climatique

Donald Trump a posté un nouveau tweet hier soir qui ne manquera pas de faire plaisir à la communauté scientifique. Dedans, il ne comprend pas comment on parle encore de "ce bon vieux réchauffement climatique", alors que l'est des États-Unis connaît une vague de froid extrême.

L'humour gras de Donald Trump a encore frappé. Même s'il fait plutôt doux en Europe pour la saison, l'est des États-Unis est pris dans une vague de froid extrême. Il fait actuellement -11 degrés à New York et à Chicago, -7 à Washington, -12 degrés dans certaines villes de Pennsylvanie comme Érié, ou encore -16 degrés à Boston. Sans parler de la neige: certaines villes sont piégées sous 1,5 mètre. Au Canada, c'est encore pire: -22 degrés à Montréal et Ottawa. Le thermomètre est même descendu jusque -40 degrés au nord de l'Ontario. Un record qui n'avait plus été enregistré dans la région depuis 1993.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Le froid est l'occasion en or pour le président américain de remettre, une fois encore, en question le réchauffement climatique. Le tout sur l'humour qu'on lui connaît bien. "À l'est, on pourrait avoir le réveillon du Nouvel An LE PLUS FROID jamais enregistré. Peut-être qu'on pourrait utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique pour lequel notre pays, mais aucun autre pays, s'apprêtait à payer DES TRILLIONS DE DOLLARS pour s'en protéger. Couvrez-vous!", a-t-il écrit hier soir, comme à son habitude sur Twitter.

Un "canular"

Déjà avant son élection, le milliardaire républicain n'a jamais caché ses doutes sur l'existence du changement climatique, le taxant même de "canular" et d'invention "créée par les Chinois". Une fois débarqué à la Maison-Blanche, Trump est passé aux choses concrètes. En un an à peine, il a retiré son pays de l'Accord de Paris sur le climat, jugeant qu'il tuerait l'emploi aux États-Unis, retiré le changement climatique de la liste "des menaces" nationales, relancé l'industrie du charbon ainsi que l'exploitation de gaz de schistes et autorisé la construction d'un oléoduc très controversé.

Pourtant, chaque année, la communauté scientifique tire la sonnette d'alarme. Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), 2017 devrait même être l'année la plus chaude jamais enregistrée sur l'ensemble de la planète.

Du coup, son tweet a provoqué une salve de réactions d'internautes en colère, des personnes lambda comme des scientifiques.

"Croyez-le ou non, le réchauffement climatique mondial est très réel, même s'il fait froid à l'extérieur de la Trump Tower en ce moment. De la même façon qu'il y a toujours de la faim dans le monde, même si vous venez de manger un Big Mac", tweete ici John Foley, le directeur de l'Académie des Sciences de Californie.

"En 2017, il y a eu environ trois records de chaleur aux États-Unis pour un record de froid. La météo, ce n'est pas la même chose que le climat. Le président devrait être capable de comprendre cela. Ce n'est pas difficile", tweete la députée démocrate de l'État de Washington, Pramila Jayapal.

"Revois la science avant"

"Le temps n'est pas la même chose que le climat et le réchauffement du cercle arctique contribue en fait à pousser l'air arctique plus froid vers le sud. Le réchauffement mondial est une cause... le changement climatique est un résultat. Et la météo n'équivaut pas au climat. Revois la science avant de parler de choses stupides."
"Ce n'est pas parce qu'il fait froid à un endroit que le réchauffement climatique n'est plus du tout valide."
"Trump vient d'utiliser le temps hivernal normal pour saper la science derrière le réchauffement climatique."

"Stupide!"

"C'est si stupide!"
"De quel monde ce gars est-il aux commandes?"

Conclusion de certains internautes:

"Démissionne aujourd'hui."

Déjà lu?