Chronique d'un jeune aigri: lassé par des soirées décevantes, je vais fêter le Nouvel An à la cool

opinionTic tac, tic tac, tic tac. Le temps passe et le réveillon du Nouvel An approche. Pendant bien longtemps, le réveillon a été la soirée que j'attendais avec impatience. Mais au fil des années et des cuites, elle est vite devenue une soirée parmi tant d'autres et a perdu de son intérêt. Voici pourquoi, cette année, je vais fêter la nouvelle année à la cool. Et le pire, c'est que ce sera tout aussi bien que les années précédentes. Du moins j'espère. 

24 ans et déjà aigri. C'est le triste constat que je fais, à quelques jours du réveillon de Nouvel An. Il fut un temps où j'attendais cette soirée des mois à l'avance, m'organisant avec mes amis pour mettre sur pied la soirée de l'année. Mais quand on fait le bilan de toutes ces soirées, elles ont toutes ressemblé à n'importe quelle autre sauterie, la démesure en plus. Cette année, j'ai décidé de la faire cool et je suis persuadé que ce sera aussi bien que les années précédentes.

Pression sociale

Chaque année c'est la même rengaine. Les plus fêtards jouent à celui qui pisse le plus loin en essayant d'organiser la soirée la plus dingue pour ensuite la ramener à la machine à café au bureau: "Ouaaais nous on l'a fait jusque 7h du mat', 20 bouteilles vidées, on a fini en garde à vue parce qu'on s'est mis à poil en plein centre-ville c'était énorme". Le fait est que fêter dignement la nouvelle année est presque devenu une question d'honneur. Pire, une obligation sociale: si tu restes chez toi le 31 c'est que tu as une vie de merde.

Pourtant, s'il y a bien une chose que la série How I Met Your Mother nous a apprise c'est que le réveillon est souvent la soirée la plus pourrie de l'année. D'ailleurs, ne dit-on pas que les meilleures soirées sont celles qui ne sont pas prévues? Car faisons un peu l'inventaire de la panoplie du réveillon raté: des tenues bien trop belles pour le taux d'alcool présent dans le sang, bien trop peu de nourriture par rapport à la gnôle ingurgitée, une soirée qui finit bien souvent aux toilettes ou la tête dans un seau et bien sûr: une énorme gueule de bois qui va te faire regretter d'être né.

Alcool versus Amis

Déjà quand j'étais jeune, je me souviens des réveillons en famille. Les dizaines de bouteilles vides, le vomi dans l'évier et la tête de mes parents le lendemain, qui transformaient l'univers de The Walking Dead en réalité. Et comme les chiens ne font pas des chats, j'ai suivi la même route arrivé à l'adolescence. Attention, je ne dis pas que je n'ai passé que des mauvais réveillons, au contraire je garde quelques beaux souvenirs... du moins ceux qu'ils me restent. À 16 ou 17 ans, jamais je n'aurais imaginé qu'à 24 ans la lassitude s'emparerait de moi. Même en écrivant ces lignes, je me dis "t'es vraiment devenu aigri, mon gars!"

Mais les années passent et les responsabilités se multiplient. Désormais, je dois faire attention à mes finances. Car si l'argent ne fait pas le bonheur, il contribue à celui de mon portefeuille. Et quand on voit les sommes folles que l'on peut claquer dans une soirée de Nouvel An, cela donne à réfléchir. C'est bien simple, la nuit du 31 on crache autant de thune que de vomi à 5h du mat'. Quand on regarde l'agenda bruxellois pour le réveillon, il est très difficile de trouver quelque chose à moins de 50 euros. Et si tu veux organiser la grosse teuf chez toi, cela te coûtera tout aussi cher... Et tout ça pour faire comme tout le monde.

C'est pourquoi j'ai décidé cette année de me la jouer mature (chiant, en d'autre terme) et de passer la réveillon à la cool, bien au chaud dans un appartement, à bien manger, boire modérément (que Dieu m'en donne la force) et profiter de mes amis. Et si cela s'avère décevant et que cela ne me permet pas d'aborder la nouvelle année d'un bon pied, on reviendra à la formule de base en espérant que la gueule de bois me donne une volonté de fer pour attaquer l'an nouveau.

Mais qu'importe la façon dont tu passeras le réveillon, on te souhaite dans tous les cas la meilleure des années possibles!

Déjà lu?