À fond les ballons! Tu vas pouvoir rouler jusque 130km/h sur des autoroutes belges à partir de 2018

Les amateurs de vitesse sont ravis! Le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) a décidé de changer nos bonnes vieilles habitudes en modifiant le code de la route. Celui-ci sera d'application dès mi 2018 et permettra aux automobilistes de rouler jusqu'à 130km/h sur les autoroutes... Mais pas partout. 

On fera bientôt la connaissance d'un nouveau panneau de signalisation sur les routes belges. Comme en France, les panneaux limitant la vitesse à 130km/h vont fleurir un peu partout le long des autoroutes de Belgique. Car oui, le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) a prévu de changer le code de la route en 2018. Et l'un des changements majeurs est la limitation de vitesse sur les autoroutes.

Si en France la limite de vitesse est de 130km/h sur tout le réseau autoroutier (quand il ne pleut pas), ce ne sera pas le cas pour la Belgique. La nouvelle vitesse maximale sera d'application dans quelques tronçons choisis par les Régions. Elles privilégieront sans doute les tronçons les moins accidentogènes de Belgique comme par exemple l'E411 en province de Luxembourg.

Adaptation de la vitesse

Le principe de cette réforme n'est pas de simplement augmenter la vitesse mais de l'adapter en fonction des circonstances et du contexte. Les Régions pourront évidemment réduire la vitesse à des endroits qu'elles estiment dangereux ou à fort trafic comme par exemple le ring de Bruxelles.

En tout cas, c'est une réforme qui tenait à coeur le ministre François Bellot qui avait déclaré pas plus tard que mardi en commission: "Tous les pays voisins ont une vitesse maximale de 130 km/heure sur autoroute. Aux Pays-Bas, quand la densité augmente, ils abaissent les vitesses de manière dynamique. Cela évite des accidents par tamponnage. En France, ils ont segmenté l’autoroute en zones 130, 110, 90 et 70. Chez nous, c’est 120 partout."

Vias pas convaincu

Derrière ce changement du code de la route, il y a évidemment l'institut belge pour la sécurité routière: Vias. Même si l'institut avait conclu que l'utilisation de vitesses variables pouvait s'avérer efficace, il était contre l'augmentation de la vitesse sur les autoroutes. "Cette étude montre qu’une augmentation de la vitesse maximale autorisée n’aurait que très peu d’impacts positifs. Cela n’offrirait aux automobilistes qu’un faible gain de temps, à peine quelques secondes", explique-t-on du côté de Vias dans les colonnes de la DH.

"Cela aurait par contre un coût, rien que pour les panneaux qu’il faudrait installer. Mais aussi des conséquences pour l’environnement avec davantage de CO2 et de particules fines rejetés", ajoute Benoît Godard, le porte-parole de Vias. Mais surtout, Vias a peur du comportement de certains automobilistes: "Sur les routes à 120, beaucoup d’usagers roulent déjà à 130. Si vous les autorisez à rouler à 130, certains viseront alors les 140! Or, toutes les études montrent que la vitesse est un facteur de risque. Cela signifie aussi que les conducteurs pourront rouler jusqu’à 138 km/h sans être verbalisés."

Concrètement, Vias estime qu'un conducteur sur 5 roulera à 140km/h dès la mise en place de la réforme. Bon, il ne reste plus qu'à leur donner tort! Prudence est mère de sûreté!

Carlo Di Antonio dit non

Le ministre de la Mobilité wallon Carlo Di Antonio a déjà réagi à la décision de son homologue François Bellot. Il a indiqué ce vendredi qu'il n'enclenchera pas la possibilité d'augmenter les limitations de vitesses sur les routes peut-on lire sur SudPresse. "Ce serait donner un très mauvais signal en matière de sécurité routière alors que les études indiquent que la vitesse est un facteur favorisant les accidents et surtout un facteur aggravant en cas d’accident" a-t-il déclaré à l'agence Belga.

"Par ailleurs, nous avons un réseau disposant de nombreuses entrées et sorties sur les autoroutes et celui-ci est en pleine rénovation. Cela risquerait également de banaliser un dépassement généralisé de 10 km/h, y compris dans les zones à proximité des écoles et dans les zones où les 50 km/h s’appliquent" conclut-il. Il y a donc un risque que la nouvelle réforme de François Bellot ne passe pas en région wallonne. Il faudra voir ce qu'en pensent les autres ministres wallons.

Déjà lu?