Des objectifs chiffrés pour les arrestations au parc Maximilien? Il semble bien que c'était le cas

Il n'y a jamais eu de quotas, affirmait en septembre le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA). Mais un rapport interne rédigé par un dirigeant de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles, consulté par La Libre Belgique  semble indiquer le contraire.

En septembre de cette année, Ecolo et le PS avaient attaqué le gouvernement fédéral, arguant que les interpellations de la police réalisées au parc Maximilien étaient la résultante d'une stratégie chiffrée. Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon avait répondu devant le Parlement qu'il était "complètement idiot de penser" qu'il ait pu "imposer des quotas concernant le nombre de personnes à arrêter".

Ce jeudi pourtant, La Libre Belgique relaie des informations qui semblent contredire ses propos. Un rapport dressé par un dirigeant de la zone de police de Bruxelles­-Capitale-­Ixelles mentionne des "actions imposées par les autorités dans le parc Maximilien". Parmi celles-ci, il est question "d'actions quotidiennes", soit 20 à 30 personnes arrêtées chaque jour, mais également l'installation de points de contrôle et de bus cellulaires.

Dans ce rapport datant du 4 septembre, il est également écrit ceci: "Estimation du nombre de personnes arrêtées? 250 interpellations." Cet objectif chiffré concerne le 21 septembre, date à laquelle était censée avoir lieu une opération de police de grande envergure mais qui finalement n'a pas eu lieu.

Mails et rapport

En octobre, La Libre Belgique révélait que des mails avaient été échangés entre l'Office des étrangers, la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles, le cabinet de l’Intérieur et le service de tutelle des mineurs non accompagnés. Ces messages électroniques faisaient déjà état de ces quotas d'arrestation.

Dans l'un d'entre eux, on pouvait notamment lire ceci: "le 21 septembre, une grande action sera menée dans l’ensemble du secteur de Bruxelles au cours de laquelle on veut arrêter environ 250 personnes". Nul doute qu'avec la publication de ce rapport, l'opposition va redemander des comptes aux élus en charge de ce dossier.

Du côté du parc Maximilien, les arrestations continuent. Mercredi soir, un car et plusieurs mini-bus ont été envoyés dans la zone où attendent les migrants. Il s’agissait "d’une action à proximité de la gare du Nord de la police des chemins de fer en coopération avec l’Office des étrangers", explique la porte-parole de la police fédérale au Soir. L’action concernait "des personnes qui sont en séjour illégal sur le territoire". Est-ce encore la résultante de quotas?

Déjà lu?