1,17 milliard d'euros: ce qu'ont coûté les médicaments en 2016 pour combler le mode de vie malsain des Belges

La Mutualité chrétienne a sorti un top dix des médicaments les plus remboursés dans notre pays. Alors jusqu'ici, rien d'alarmant, sauf que la prise de huit de ces dix médocs est liée à un mode de vie malsain. Le coût de ces médicaments s'élève à 1,17 milliards d'euros pour l'année 2016.

Antihypertenseurs, antiacides, anticholestérols, antiviraux, etc., près de 8 médicaments sur 10 dont la consommation est liée directement à notre mode de vie représentent 1,17 milliards d'euros. "La consommation de huit de ces dix médicaments est liée, pour une part non négligeable parfois, à nos (mauvaises) habitudes de vie mais aussi à un contexte, un environnement qui est loin d’être favorable" note Jean Hermesse, secrétaire général de la MC dans un communiqué. Le remboursement de ces 8 médicaments correspond à près de la moitié des médicaments vendus en pharmacie, puisque l'INAMI (Institut national d'assurance maladie-invalidité) a remboursé plus de 2,6 milliards d'euros de médicaments vendus en officine en 2016.

Notre mode de vie pose problème

Le hic de ce top publié par la Mutualité chrétienne, est que 8 des 10 médicaments les plus remboursés sont pris par les Belges pour des raisons liées à leur mode de vie. Mais qu'entend-ton par ce fameux mode de vie malsain? Tabagisme, obésité sont deux des principales causes. En effet, en ce qui concerne le tabagisme par exemple, beaucoup de gens doivent suivre des traitements pour se soigner de la BPCO (la bronchopneumopathie chronique obstructive) sont d'anciens (gros) fumeurs. Ces médicaments figurent en sixième position dans le top 10 publié par la MC.

Mais le tabac n'est pas le seul problème de notre société belge en termes de santé. L'obésité, le manque d'exercice physique, le moral des Belges, tout ça a un rôle également. 600.000 personnes dans notre pays souffrent du diabète dont 90 % d'un diabète de type 2. Les médicaments nécessaires au traitement sont aussi ceux qui figurent parmi ceux les plus remboursés par l'INAMI en 2016. Or, il faut savoir que 80 % des diabètes de type 2 sont liés à l'obésité. Attention, par obésité, il faut comprendre, les personnes dont la masse corporelle est égal ou supérieur à 30. Pour connaître les autres médicaments figurant dans le top 10, et les détails des résultats, tu peux checker les documents publiés par la Mutualité chrétienne ICI.

Il faut des politiques proactives

Selon le communiqué de la MC, en plus d'adapter nos modes de vie, il faut qu'il y ait des politiques proactives mises en place. En effet, l'un ne va pas vraiment sans l'autre. Pour le tabagisme par exemple, pour Jean Hermesse, il faut pouvoir créer un contexte favorable pour réduire le tabagisme, il faut des mesures réellement dissuasives. Pour le cas du diabète, il faut clairement mettre le paquet sur l'enseignement d'une bonne hygiène de vie, selon la MC. Mais Jean Hermesse propose aussi des mesures très concrètes comme indiquer très clairement sur les aliments les teneurs en sucres, en graisses et sel. Mais tout ceci "ce n'est pas entre les mains des patients", déclare-t-il. "Adopter de nouvelles habitudes de vie, augmenter son activité physique, avoir une alimentation équilibrée…"

Déjà lu?