Une première en 25 ans! Donald Trump et son poulain Roy Moore se prennent une fessée en Alabama

Les records sont faits pour être battus. Cela faisait 25 ans que l'état d'Alabama était aux couleurs républicaines. Mais ce mardi, le démocrate Doug Jones a infligé une défaite à l'ultra-conservateur Roy Moore privant ainsi les Républicains d'un siège au sénat. Et par la même occasion, Doug Jones offre une nouvelle défaite à Donald Trump qui supportait Roy Moore malgré les affaires de pédophilie le concernant. 

Avant ce mardi, tout portait à croire que le Républicain Roy Moore allait remporter son ticket pour le Sénat américain. Mais l'état de l'Alabama a dit non. L'État du sud des États-Unis a préféré accorder sa confiance au démocrate Doug Jones. C'est une victoire historique puisque cela faisait 25 ans que les Républicains régnaient en Alabama.

C'est aussi un échec pour Trump qui voit un siège précieux s'envoler au Sénat. Un revers personnel puisqu'il soutenait personnellement Roy Moore, cela ne va pas l'aider pour faire passer ses futures réformes devant le Sénat. Les républicains restent tout de même en majorité avec 51 sièges sur 100 possibles.

Trump reconnait la défaite, pas Roy Moore

Bon joueur, Donald Trump a félicité le démocrate Doug Jones via son média préféré: Twitter. "Félicitations à Doug Jones pour cette victoire âprement disputée mais une victoire est une victoire" déclare le Président sur Twitter. "Les habitants de l’Alabama sont formidables, et les Républicains auront une nouvelle chance de gagner ce siège très bientôt." Par très bientôt, il entend 2020, date des prochaines élections dans cet état.

Doug Jones est parvenu à récolter 49,9% des voix tandis que le Roy Moore n' a obtenu que 48,4% des suffrages. Des résultats serrés qui laissent encore des raisons d'espérer pour Moore qui ne s'avoue pas vaincu. "Quand le vote est si serré, ce n'est pas terminé", a-t-il déclaré lors d'une brève intervention devant ses supporters. Il compte en effet sur le recomptage des voix pour aller grappiller la victoire. En effet, lorsque seulement 0,5% séparent deux candidats, la loi d'Alabama permet de recompter les votes. Roy Moore décide donc d'attendre "un signe de Dieu". Il semble être le seul à y croire encore.

Pédophilie

Roy Moore n'a pas forcément une bonne réputation outre-Atlantique. En effet, il y a quelques mois le Washington Post révélait des histoires de pédophilie concernant le Républicain. Les faits dataient de quelques décennies et Roy Moore avait clairement démenti ces accusations, invoquant un "complot des élites" contre "un peuple de l'Alabama" qu'il assurait incarner. Malgré tout, cette histoire a divisé le parti en Alabama et certains Républicains demandaient à Roy Moore de se retirer du scrutin. Vu cette réput', le soutien de Donald Trump était logiquement très mal vu.

Cette victoire est donc d'autant plus savoureuse pour les Démocrates. Et rapidement, les félicitations se sont multipliées un peu partout aux États-Unis. "Le pays n’oubliera pas que l’Alabama a voté pour l’espoir, et que Trump s’est rangé du côté d’un agresseur sexuel présumé d’enfants qui voulait ramener l’Amérique en arrière", a écrit, par exemple, le sénateur Chris Van Hollen. Le président des Démocrates Tom Perez, lui, n'est pas tendre avec Roy Moore: "Vous ne pouvez prétendre être le parti des valeurs familiales tant que vous accepterez des hommes ignobles comme Roy Moore", a-t-il déclaré.

Déjà lu?