Donald Trump a encore perdu: l'armée américaine va bien recruter des personnes transgenres

Le Pentagone a confirmé que les personnes transgenres pourront rejoindre l'armée américaine à compter du 1er janvier 2018. C'est une nouvelle défaite pour Donald Trump, qui a tenté de bloquer cette décision de Barack Obama. Mais la justice n'était de nouveau pas d'accord avec le président américain.

Donald Trump commence à en avoir l'habitude. Après avoir galéré avec son décret anti-immigration, le président américain a perdu un nouveau combat avec la justice américaine. Un juge a en effet rejeté le recours de la Maison-Blanche, qui espérait interdire le recrutement des personnes transgenres dans l'armée américaine.

Entre 2.500 et 15.000 personnes transgenres déjà dans l'armée US

Donald Trump avait déjà annoncé en juillet dernier qu'il souhaitait bloquer le recrutement de ces personnes, décidé par l'administration Obama et qui était prévu pour le 1er juillet 2017. Dans une série de tweets, il s'était justifié en avançant les "coûts médicaux énormes et les perturbations que les transgenres entraînent". De quoi lancer une nouvelle polémique avec cette attaque contre la communauté LGBT.

Sauf qu'en octobre, un premier juge a fait annuler cette décision de Trump, basée selon lui sur "un désir de réprouver les transgenres en général" et pas vraiment sur "des inquiétudes légitimes concernant leurs compétences militaires ou leur poids sur le budget". L'administration Trump a tenté d'imposer à nouveau ce décret, mais son recours a été un échec. Du coup, les personnes transgenres pourront s'engager dans l'armée américaine à compter du 1er janvier 2018, soit six mois après la date prévue à la base.

Elles viendront grossir les rangs du contingent actuel: selon le ministère américaine de la Défense, il y aurait entre 2.500 et 7.000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires américains en activité, alors que l'ONG Human Rights Campaign estime le nombre à 15.000.

Déjà lu?