Est-ce que la claque de l'UEFA signifie une croix sur un stade national pour Bruxelles?

Décidément, pour un stade qui n'existe même pas encore, il fait vraiment beaucoup de bruit. Pas étonnant puisqu'hier, l'UEFA a décidé à l'unanimité que le projet n'était pas assez sérieux et que par conséquence Bruxelles ne pourrait pas accueillir des matchs de l'Euro 2020. Mais est-ce que cela veut dire que la Ville ne se dotera pas d'un nouveau stade? 

Depuis l'annonce de l'UEFA hier, les chances pour qu'un nouveau stade national voit le jour semblent plus faibles que jamais. C'est un véritable coup de massue pour les autorités bruxelloises qui ont dû faire une croix sur l'Euro 2020. En effet, l'UEFA n'a pas voulu prendre le risque que le stade bruxellois ne soit prêt à temps. "Nous étions en discussion avec Bruxelles depuis longtemps. Ils étaient incapables de nous fournir les documents et les garanties. Ils avaient le temps, ils ne l'ont pas fait" a déclaré Aleksander Ceferinop, président de l'UEFA, l'association des fédérations nationales de football d'Europe.

Bye bye le stade?

Ghelcamco, la société chargée du projet du stade et l'Union belge de football (URBSFA) comptaient vraiment sur l'Euro 2020 pour faire avancer le dossier du nouveau stade national. Mais avec ce levier qui vient de disparaitre, la réalisation semble plus en péril que jamais. Mais le CEO de l'Union belge, Koen De Brabander ne veut pas perdre espoir, "Nous espérons encore trouver un accord pour construire un stade pour nos Diables rouges". Au sein des autorités bruxelloises, les enthousiasmes divergent. Alain Courtois (MR), échevin bruxellois en charge du dossier, a confirmé son intention de vouloir continuer les démarche pour avoir un "stade moderne au coeur de la capitale de l'Europe".

Mais le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a montré lui beaucoup moins d'enthousiasme. "Un tel projet ne peut se réaliser sans que toutes les parties impliquées montrent une volonté politique et je trouve cela regrettable. Bruxelles doit se demander s'il est encore nécessaire de prendre des mesures qui puissent bénéficier à l'ensemble de la Belgique."

Pour d'autres partis, comme la N-VA, le CD & V, le cdH et Groen, la décision d'hier est clairement un signe que le dossier du stade national doit être mis au placard. Même le Premier ministre Charles Michel ne serait plus si chaud que ça pour ce projet, peut-on lire dans le Morgen ce matin.

Déjà lu?