La Californie toujours prisonnière des flammes: mais comment expliquer de tels incendies en plein mois de décembre?

La Californie est victime des flammes aux États-Unis. De plus en plus, le feu gagne du terrain et depuis hier, c'est la ville de Los Angeles qui semble être encerclée. Ce sont les vents violents qui empêchent notamment les pompiers de prendre la situation en main. Mais comment expliquer de telles flammes en plein mois de décembre? 

C'est la panique sur la Côte Ouest des États-Unis, les incendies font de plus en plus de ravages sur leur passage et ils semblent totalement hors de contrôle.

Hier jeudi, six incendies brûlaient toujours, encerclant ainsi la ville de Los Angeles. De nouveaux foyers sont malheureusement apparus, ce qui a forcé de nouvelles personnes à fuir les flammes.

Du jamais vu à cette période

Un scientifique interrogé par le Los Angeles Times, a expliqué que les vents qui s'abattent habituellement sur la Californie à cette époque n'ont jamais été aussi forts. Ce qui n'arrange rien à la propagation des incendies dans la région.

Le long des montagnes côtières, l'air est également plus sec que jamais. La région n'a jamais vu un taux d'humidité aussi bas. Une telle sécheresse de l'air est déjà ce qui a détruit plus de 100 maisons et brûlé des milliers d'hectares, explique Daniel Swain, un climatologue de l'Université de Californie à Los Angeles.

Pour illustrer, le scientifique explique que le taux d'humidité que l'on observe le long de la côte aujourd'hui, est plus bas que ce que l'on peut observer dans le désert en plein été. Selon lui, le taux d'humidité dans l'air serait proche de 0%.

De mauvaises nouvelles pour les pompiers

Pour les pompiers, ce climat signifie juste l'enfer, surtout à cause du vent qui fait des broussailles de véritables torches qui viennent envahir les centres urbains.

En effet, après l'hiver dernier qui a été historiquement très humide, une couche de végétation a surgi sur tout le paysage de la Californie. Ce tapis de végétation a ensuite séché pendant l'été qui a été le plus chaud enregistré. Les mois d'octobre et novembre, très chauds aussi, n'ont rien arrangé, puisque cette chaleur a juste consumé toute l'humidité possible.

Malheureusement, aucun pluie n'est en vue pour le moment d'après David Swain. Le seul signe positif de cette situation catastrophique est que les vents devraient petit à petit se calmer et faciliter le travail des pompiers.

230.000 personnes

Le "Thomas Fire", comme il a été baptisé, a déjà fait fuir plus de 230.000 personnes et détruit 39.000 hectares. Les habitants conduisent leur voiture à travers les feux, et tentent de fuir ces flammes qui ne cessent de gagner du terrain. Les pompiers, qui enchaînent les nuits, se relaient et tentent de maitriser ces incendies. Mais selon un dernier communiqué, le brasier ne serait actuellement contenu qu'à 5%.

En attendant, les images de ce feu sont tristement incroyables

Cette vidéo d'un homme qui sauve un petit lapin va sans doute devenir emblématique

Ou celle-ci, avec le sauvetage de chevaux

Déjà lu?