Les élèves wallons peuvent souffler: le smartphone ne risque pas d'être interdit à l'école

L'interdiction du téléphone portable dans toutes les écoles de Wallonie, ce n'est pas pour demain. Alors que cette mesure devrait entrer en vigueur en France, comme l'avait promis Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle, ce n'est pas du tout à l'ordre du jour du côté de Marie-Martine Schyns (cdH) , la ministre wallonne de l'Enseignement.

"Je souhaite que l'usage du téléphone portable soit totalement interdit dans l'enceinte des collèges et des écoles primaires": voilà ce qu'avait déclaré Emmanuel Macron alors qu'il était un simple candidat à l'élection présidentielle française. Un peu plus de six mois après son élection, son ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a avoué que cette mesure était bien à l'étude.

"Respecter l'autonomie des écoles"

De quoi imaginer tous les élèves français âgés entre 6 et 15 ans faire leur prochaine rentrée sans leur téléphone portable dans l'enceinte de leur école? Ce n'est pas impossible. Mais la Wallonie ne compte pas s'inspirer de l'exemple français à ce sujet. C'est en tout cas ce qu'on explique du côté du cabinet de Marie-Martine Schyns (cdH), la ministre wallonne de l'Enseignement: interdire le portable à l'école pour les élèves n'est pas envisagé pour l'instant.

"On est bien conscient qu’il y a des phénomènes de distraction et de manque de respect des profs. De même que d’autres soucis liés au cyberharcèlement. Mais la ministre pense qu’il faut respecter ici l’autonomie des écoles: elle n’interdira pas le GSM ou le smartphone à l’école, même si elle comprend que des écoles soient tentées par des règles strictes", fait savoir l'entourage de la ministre dans la Capitale. "Il ne faut pas être manichéen: les écoles ont leurs habitudes, elles peuvent gérer des interdictions à des moments choisis tout en ouvrant la possibilité d’utiliser ces outils en classe, dans le cadre de cours. Les deux ne sont pas contradictoires."

Le smartphone comme outil pédagogique?

C'est même plutôt le contre-pied total qui serait privilégié: encourager l'utilisation du smartphone à l'école! "Mais c’est vrai qu’utiliser le smartphone en classe comme outil pédagogique, cela a du sens. Pour faire des recherches sur le Web, par exemple, ou pour une étude critique des réseaux sociaux", ajoute le cabinet de Marie-Martine Schyns, alors que la ministre ne s'est pas exprimée personnellement sur ce dossier.

Bon, de là à imaginer les écoles mettre des GSM dans la liste des fournitures scolaires, il y a un pas que se refuse à franchir le ministère: "Vu l’existence de ces programmes numériques, je ne pense pas que les écoles seront tentées d’allonger la liste des fournitures scolaires avec ce type de matériel". Les écoliers wallons pourront donc continuer à utiliser leur smartphone, si cela est autorisé par le règlement intérieur, dans leur établissement sans aucun souci. Et ils pourront narguer leurs petits camarades français qui risquent de bientôt en être privés...

Déjà lu?